Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 16:41

Du 19 au 21 février 2013

 

chiapas.png

 

La veille, nous sommes arrivés au camping à Palenque et avons retrouvé par hasard nos amis Karine, Eric, Yaël et Ilan. Les enfants étaient fous de joie de se retrouver et les grands ont passé un moment à discuter. Ca faisait du bien de les revoir. Malheureusement ils partent déjà demain matin pour le Guatemala, il y a peu de chance dorénavant qu’on se recroise, rendez-vous donc en France les amis!

 

chiap

 

Palenque, situé dans l’état du Chiapas, se trouve au milieu de la jungle tropicale, c’est pourquoi ici il y a de nombreux singes hurleurs dont le cri est très impressionnant. Nous passerons donc une nuit assez particulière avec le bruit des singes dans les arbres au-dessus de nos têtes.

http://www.dailymotion.com/mx/relevance/search/singe+hurleur/1#video=xxohsy

 

 

Le 19 : nous prenons un collectivo pour se rendre sur le site archéologique de Palenque, nous y sommes dès 8h à l’ouverture, mais il y a déjà du monde, le site est très touristique.

 

Palenque signifie entourée d’arbres, les ruines se situent en effet dans la jungle, c’est une des plus grandes et des plus belles cités Mayas. Elle date d’environ 300 apr JC, mais les monuments et l’architecture n’ont pas la grandeur d’Uxmal et de Chichèn Itza, ce qui laisse penser que son rôle politique était secondaire. Elle a surtout une vocation royale, car le site fût construit à l’époque du très long règne du roi Pacal. Sa crypte fut d’ailleurs retrouvée à l’intérieur du « temple des inscriptions ». Il meurt un peu avant 100 ans et c’est son fils, Chan-Bahlum (jaguar-serpent) qui poursuit son œuvre. Lorsqu’il meurt à son tour, la cité entre dans sa phase de déclin.

 

Durant notre balade, nous faisons la connaissance d’un groupe de français accompagné de leur guide, ils font la tournée des ruines du Mexique en car. Théo se montre très intéressé par les explications du guide sur les mayas, il ne les lâche plus. Tout le monde échange avec nous donc sur notre expérience du voyage.

 

chiap1

 

Le temple des inscriptions : photo en bas à gauche sur le montage ci-dessus.

Rénové, il se dresse au sommet d’une pyramide de 22m, mais il est interdit d’y grimper. Il doit son nom aux textes qui couvrent les murs et les piliers. Pas moins de 617 glyphes, qui en font l’un des textes les plus longs du monde maya. En 1949, les archéologues font une découverte, un escalier secret qui descend à l’intérieur de la pyramide. Ils mettront 3 ans à le dégager, avant de découvrir la fameuse crypte funéraire qui contient le tombeau du roi Pacal, un sarcophage de 13 tonnes dont les magnifiques bas-reliefs symbolisent la mort de Pacal et son retour à la vie. A l’intérieur du caveau, on a retrouvé des somptueux bijoux en jade et un inestimable masque mortuaire.

 

chiap2

 

chiap3

 

chiap4

 

Nous prenons ensuite le chemin qui mène vers la sortie. Il longe la rivière et descend la colline jusqu’au musée, superbe balade dans la jungle, peuplée de nombreux vestiges, des ruines qui émergent de leur gangue de verdure, comme le temple des chauves-souris entièrement recouvert de mousse. Sur le sentier, on tombe sur une petite cascade et un pont suspendu.

 

chiap5

 

chiap6

 

Nous visitons le musée. C’est ici qu’on peut voir le masque de la reine rouge, des bijoux en jade et en obsidienne, des superbes céramiques, dont un magnifique dieu du soleil, une collection unique d’encensoirs merveilleusement décorés et surtout l’énorme tombeau du roi Pacal, impressionnant !

 

chiap7

 

chiap8

 

 

A 13h, nous rentrons pour manger. On décide ensuite de changer de camping, car celui-ci n’a pas le wifi, cela fait plus d’une semaine que nous n’avons pas donné ou reçu des nouvelles. Les proches vont finir par s’inquiéter.

 

Sur la route, super surprise !!! On croise les dudu !!! On voulait se connecter aussi pour savoir où ils étaient car les buguet nous avaient dit qu’ils devaient arriver. On est tous trop content de les revoir.

On va ensemble au camping Quiloma Ranch, un endroit mignon, paisible, où nous sommes seuls.

On passera l’après-midi à discuter avec Kevin et Maureen, puis à consulter nos nombreux mails.

Le soir, on observera les singes hurleurs à quelques mètres de nous, on partagera le repas et on mettra de la musique.

 

singes

 

Le 20 à 8h : on se prend tous les 6 un taxi pour 800pesos AR, ce qui n’est pas cher et évite d’avoir à prendre le camping-car dans une région montagneuse où les femmes arrêtent régulièrement les touristes véhiculés en tendant une corde sur la route pour vendre leurs produits. On va passer la journée à Agua Azul et Misol-Ha. Le taxi nous attendra sur les sites, histoire de rentabiliser son retour.

 

chiap9

 

Nous commençons par Agua Azul située à 64km de Palenque (2h en taxi). Magnifique suite de cascades qui se déversent dans des vasques successives. Il y a un beau soleil et l’eau est d’un turquoise profond et lumineux, c’est superbe.

 

chiap10

 

chiap11

 

chiap12

 

chiap13

 

chiap14

 

chiap15

 

chiap16

 

chiap17

 

On longe la rivière, le rio Xumulha, par un sentier qui monte pour voir les différents points de vue sur les nombreuses cascades. On est au milieu d'une végétation luxuriante.

 

chiap18

 

chiap19

 

chiap20

 

chiap21

 

On termine par une petite baignade dans l’eau. Avant de reprendre le taxi, au bout de 2h sur place, on se restaure rapidement dans un des bouis-bouis situés le long de la rivière, il y a aussi de nombreuses boutiques de souvenirs.

 

Sur le chemin du retour, on s’arrête 1h à Misol-Ha, une chute d’eau de 30m qui tombe dans un très beau bassin du rio. On passe derrière la cascade et au bout du sentier, il y a une petite grotte assez profonde. On ira l’explorer avec une lampe torche. Une y verra une grosse araignée, un trou d’où jaillit de l’eau et quelques chauves-souris. Je m’accroche à Maureen car je ne suis pas trop rassurée.

 

misol-ah

 

misol-ah1

 

misol-ah2

 

misol-ah3

 

De retour au camping à 17h, nous profitons toujours tous ensemble de la tranquillité du lieu.

 

Le lendemain, nous décidons de rester 1 journée de plus pour se reposer, faire un peu de ménage et de l’école. C’est aussi surtout parce qu’on a du mal à se séparer de Maureen et Kevin, on sait qu’on ne les reverra qu’en France car eux maintenant remonte vers l’Est des Etats-Unis.

Malheureusement, Maureen n’est pas en forme, elle reste au lit toute l’après-midi après avoir visiter le site de Palenque le matin.

 

Le lendemain matin, on décolle tous, nous vers le Yucatan et les dudu vers le nord-ouest du Mexique. C’est l’heure des adieux à nouveau et nous ne nous éternisons pas pour ne pas se laisser submerger par l’émotion. Nous avons eu un gros coup de cœur pour Maureen, Kevin et notre mascotte Dudu. On a vraiment le sentiment de s’être fait de vrais amis. Ils vont nous manquer c’est sûr…

 

En quittant le camping, nous nous arrêtons rapidement au Chedraui du village pour faire quelques courses. Mais au moment de partir, Pierre démarre le moteur et sursaute brusquement : une énorme araignée lui tombe dessus depuis le pare-soleil. On mettra 15 minutes à la sortir du camping-car !

 

 

Nous avons adoré le Chiapas, cet état assez sauvage, montagneux et authentique. Nous sommes hyper déçus de ne pouvoir l’explorer davantage, gros regret de n’avoir pas pu visiter le canyon de Sumidero et la ville de San Cristobal de Las Casas. Mais nous étions pris par le temps car le papa de Théo arrive à Cancun d’ici quelques jours.

 

Le Chiapas est l’état le plus pauvre du Mexique, ici vit encore beaucoup de communautés indigènes, la plupart des descendants des Mayas. Ils parlent tous leur propre langue et certain n’ont jamais quitté leur jungle. 80% de la population ici n’a pas d’eau potable, d’électricité, d’hôpitaux, les gens souffrent de malnutrition et la plupart des enfants ne sont pas scolarisés.

Mais depuis 20 ans, les indiens du Chiapas se sont trouvés un porte-parole pour défendre leurs droits, Marcos, chef du mouvement zapatiste. Cette guérilla revendique le droit à la terre, au logement, à la santé, à l’éducation, au travail, à la justice mais surtout à la reconnaissance de leur identité et de leur culture indigène. En 2000, les zapatistes organisent une marche à Mexico. Le gouvernement mexicain passe alors les accords de San andrés, mais promesse non tenue, aujourd’hui les indigènes ne sont toujours pas reconnus politiquement.

 

Nous roulons à présent vers Campeche...

 

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 14:01

Du 16 au 18 février 2013

 

Le  16, nous avons roulé pratiquement toute la journée. Nous avons fait une pause courses au Soriana de Minatitlan, ce qui n’est pas vraiment une pause mais nous a dégourdi les jambes.

Le soir, nous nous sommes garés au Pemex du village La Venta où il y a un site archéologique avec les célèbres têtes olmèques, colossales, elles peuvent peser jusqu’à 30t. Mais ce site étant situé sur un gisement de pétrole, la plupart des têtes ont été transportées au musée de La Venta de Villahermosa. On souhaitons visiter les 2.

 

oax23

 

oax24

  

Le matin, nous commençons la découverte du petit site où nous sommes seuls. La jungle nous entoure et du haut de la colline au centre du site, on la domine complètement. Il reste encore de belles sculptures et l’environnement est paisible. On passera un bon moment à contempler les palmiers avec des tas de nids d’oiseaux suspendus. Les oiseaux sont des cassiques de montezuma, ils ont une très belle couleur noire et jaune et font des bruits étranges (voir le lien sur youtube), on a pu voir aussi quelques aras verts.

http://www.youtube.com/watch?v=9hOuUbUAExM

  oax25

 

oax26

 

 

Nous bougeons ensuite vers Comalcalco, un site archéologique Maya dont les édifices sont construits en briques et non en pierres comme à l’habitude.

 

oax27

 

oax28

 

Le soir, nous dormirons au Pemex à l’entrée de la ville de Villahermosa.

Le 18, nous visitons le parque museo de la Venta, là où les têtes olmèques ont été amenées. Le parc a pour objectif de recréer un environnement de jungle tropicale pour présenter l’art olmèque dans son contexte d’origine. On y trouve donc aussi des animaux comme le jaguar, les aras, les crocodiles, serpents, singes… et de nombreux coatis qui se baladent librement dans le parc.

 

villah3

 

villah4

 

villah5

 

villah6

 

 

Nous avons adoré la volière géante avec les aras qui volaient autour de nous. Théo a bien discuté avec eux.

 

  villah

 

villah1

 

villah2   

Mais nous avons été très déçus des conditions de vie de ces animaux, les cages sont petites et sans aucun aménagement recréant l’environnement naturel de l’animal.

 

Après cette matinée, nous partons en direction du Chiapas, à Palenque au camping Mayabell où nous retrouvons par hasard nos amis les buguet : Karine, Eric et les enfants.

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 14:29

Du 12 au 14 février 2013

 

Depuis Huatulco, nous avons roulé 8h pour faire 270km sur une petite route de montagne, passant du niveau de la mer à plus de 2500m d’altitude. Les paysages étaient assez grandiose depuis les sommets.

 

oax

 

Nous sommes arrivés à Oaxaca, ville coloniale de 260000 habitants, en fin de journée. La recherche du camping inscrit au Church (notre bible du camping au Mexique) s’est avérée décevante puisqu’il n’existe plus ! Je vous dis pas, après 8h de route et 1h à traverser le centre ville, les rues en travaux, les topes, ect… on était carrément énervé, en plus d’être fatigué. Il fallait maintenant trouver un bivouac. Dans une grosse ville comme ça, autant vous dire que c’est l’enfer. Le supermarché avec son parking immense ne voulait pas de nous, c’est finalement le gardien d’un parking payant d’un centre commercial qui a accepté de nous laisser rentrer gratuitement. Il n’a même pas voulu de propina (pourboire) car pour lui nous étions une famille et Dieu en aurait décidé ainsi.

Le matin, direction le parking gratuit du Soriana (qui nous avait refusé la veille pour la nuit). On y fait quelques courses et restons garés là la journée le temps de partir en bus visiter le centre historique.

On filera 10 pesos au gardien pour surveiller le camping-car. Là c’est cool, pour 6pesos par personne, on prend tranquillement le bus en face qui nous dépose dans le centre. Pas de stress de conduire dans le centre, trouver une place, ect… on se laisse aller.

Pour la petite histoire, Oaxaca est située dans une vallée perchée à 1500m et entourée de montagnes, son centre historique est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco (comme les autres villes coloniales), mais c’est aussi le berceau d’une des plus anciennes civilisations préhispaniques, les zapotèques. C’est pour cela qu’on y trouve des sites archéologiques comme Monte Alban et Mitla.

Ici, nous sommes aussi au pays du Mezcal, comme la Tequila, cet alcool provient de l’agave, mais il est plus fort. On trouve souvent des bouteilles avec un ver blanc, celui-ci vit dans le cœur de la racine et il se mange.

 

oax1

 

Notre visite du centre historique commence donc par l’église Santa Domingo située sur un belle esplanade garnie d’agaves.

Nous marchons ensuite sur une rue piétonne qui mène à la cathédrale, de jolies boutiques d’art et de souvenirs où l’on vend les spécialités locales : des petits animaux en bois peints de toutes les couleurs, de la poterie noire, des tapis, broderies. Je craque pour un colibri, une tortue, un poisson et un vase noir.

 

oax2

 

Nous arrivons au zocalo et à la cathédrale. Les villes coloniales étant toutes basées sur le même modèle, nous commençons à être à l’aise dans les visites. Le Palacio de Gobierno bordant le Zocalo et le teatro jamais très loin. Le teatro Macedonio Alcala est d’ailleurs de style français et nous avons bien aimé sa façade.

 

oax3

 

De là, visite de l’église San Felipe Meri, puis de la très belle église de la Soledad, dédiée à la vierge de la ville.

 

Nous terminons notre boucle en revenant à l’église Santa Domingo, car elle abrite, dans l’ancien couvent, le très grand centre culturel que les enfants avaient très envie de visiter.

 

oax4

 

En effet, c’est un immense musée qui parle de l’histoire de la ville, de la conquête espagnol mais surtout de la culture précolombienne (les zapotèques). Les enfants avaient hâtes de voir les objets, masques et bijoux des indiens de cette époque. Mais rien que de déambuler dans les immenses couloirs de cet ancien couvent vaut le détour, le bâtiment est magnifique.

En fin de journée, nous reprenons le bus pour récupérer le camping-car et se trouver un nouveau bivouac pour la nuit.

 

Commence là, une folle soirée… Nous décidons de monter à quelques kilomètres de la ville vers le site archéologique de Monte Alban situé en haut de la colline, afin d’y être à l’ouverture le lendemain matin. En haut, les gardiens nous disent que nous ne pouvant pas rester là car le site est fermé par une barrière la nuit, ils nous déconseillent aussi de rester dans les parages car trop isolé et donc pas sécuritaire. On redescend à peine plus bas et on trouve un bas côté tranquille sur cette même route qui mène au site, la vue sur la ville y est en plus spectaculaire. Mais un couple d’habitants de la ville s’arrête pour nous dire que l’endroit craint car trop isolé. On descend donc jusqu’à la ville et trouvons en périphérie, juste à l’entrée de la route du site, une petite zone commerciale avec son parking. On se gare quand 1h plus tard, le vigil nous vire. On commence à être bien blazé. On décide de remonter sur notre bas côté, faute de mieux mais sans grande conviction.

On finit par s’endormir et là je fais un cauchemar dont je ne me rappelle pas et je crie dans mon sommeil « ils sont rentrés dans le camping-car » ! Il n’en faut pas plus à Pierre pour manquer de faire une attaque, je le vois passer d’un bond de la capucine au plancher du camping-car sans passer par l’échelle. Au même moment, les flics s’arrêtent pour nous dire de ne pas rester ici, il vaut mieux être en ville. On trouvera finalement à passer 1h du matin, un bivouac dans une rue tranquille. Heureusement que les enfants ont le sommeil lourd. Quelle soirée !!! Et après on nous dit que c’est cool d’être en vacances pendant 2 ans !

 

 

Site archéologique de Monte Alban

8h tapante, on est naze mais nous sommes les premiers sur le site, ce qui rend la visite encore plus spectaculaire.

Monte Alban est la plus importante citée du monde zapotèque, perchée sur la colline du jaguar à 2000m d’altitude, elle domine toute la vallée d’Oaxaca.  Elle fût crée vers -500 av JC, sa vocation était politique, culturelle, économique et spirituelle, mais elle était aussi un grand centre astronomique et scientifique. Son déclin a commencé vers l’an 1200 apr JC.

 

oax5

 

Ce qui est impressionnant sur ce site, c’est la vue panoramique sur toutes les montagnes environnantes, ainsi que l’immense esplanade du centre cérémoniel (300m de long sur 200m de large).

 

oax6

 

oax8

 

Vous expliquer la fonction de chacun des édifices prendrait trop de temps mais tout ça est passionnant et a suscité beaucoup d’intérêt de la part des enfants.

 

oax7

 

oax9

 

oax10

 

Après 2 bonnes heures de découvertes, un petit tour au musée du site, nous quittons l’endroit pour nous rendre de l’autre côté d’Oaxaca, vers les petites ruines de Mitla. La route qui nous y amène est agréable et beaucoup de choses valent le détour.

 

 

-Santa Maria del Tule : Un petit village qui abrite l’un des plus gros arbres du monde, appelé un ahuehuete. Il fait 58m de circonférence et 42m de hauteur, il aurait 2000ans.

 

oax11

 

oax12

 

-Mitla : village indien où se situe les ruines d’une cité mixtèque.

Nous visitons le village et donc le site archéologique datant de 1300 apr JC, on peut y voir de nombreux motifs géométriques sur les édifices. Il y a aussi une église en plein milieu. Elle a été construite par les espagnols au moment de la colonisation, histoire de marquer leur pouvoir. Le site est aussi traversé par un petit marché artisanal très sympa. Nous passerons la nuit sur le petit parking du site, très calme.

 

oax13

 

oax14

 

oax15

 

oax16

 

 

 -Hieve el Agua : de bonne heure, nous laissons Mauro sur le parking et prenons un petit taxi scooter jaune (très rigolo) qui nous amène au cœur du village pour 20 pesos (1,5€).

 

oax17

 

De là, nous prenons une camionetas (très typique) qui fait les trajets aller-retour  à Hierve del Agua situé à 13km. La route est une piste qui grimpe en épingle dans les montagnes, il nous faudra 45 minutes pour arriver, autant dire qu’avec le camping-car ça n’était pas pensable. Surtout que le chauffeur ne nous demandera que 200 pesos (12€) pour nous 4 et nous attendra 1h sur le site pour nous ramener à Mitla ensuite.

Rien que la route est  déjà une sacré aventure, assis à l’arrière de la camionnette qui bouge dans tous les sens vu l’état de la piste qui grimpe sur la crête de la montagne, c’est vertigineux, il faut parfois s’accrocher ! Mais arrivés sur les lieux c’est superbe, 2 bassins d’eau turquoise débordent en cascades pétrifiées sur la montagne, composés de carbonate de calcium. Des piscines naturelles à débordement en quelque sorte, c’est impressionnant ! Le carbonate donne des jeux de couleur jaune et blanche. On peut même si baigner, mais on a pas tenté l’expérience, manque de temps.

 

oax18

 

oax19

 

oax20

 

oax21

 

En début d’après-midi, nous prenons la route direction Tuxtepec à 250km au nord d’Oaxaca. Mais tout ça sans savoir que nous nous apprêtions à faire un des trajets les plus rudes dans une jungle montagneuse et humide à 3000m d’altitude. Il nous faudra 8h avec de la pluie sur les derniers kilomètres.

 

oax22

 

On arrivera à 21h dans un petit village à 30km de Tuxtepec pour bivouaquer en face du parking d’un pemex.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 14:55

Du 10 au 12 février 2013

 

Après Puerto Escondido, nous roulons vers Huatulco, un endroit que nos amis québecquois, Marie et Luc, nous avaient conseillé pour faire du snorkeling.

 

Sur la Mex200, qui longe l’océan pacifique, nous décidons de faire un crochet vers les plages de Mazunte, San Agustinillo, Zipolite et Puerto Angel.

 

Premier arrêt donc à Mazunte au centre écotouristique de la tortue pour le plus grand bonheur des enfants qui pourront y voir pour la première fois des tortues marines adultes de toutes les espèces.

Malheureusement, elles sont dans des aquariums assez rudimentaires à notre goût.

 

puerto angel

 

Nous passons ensuite sur la plage Ventanilla, mais les vagues sont violentes et la couleur de l’eau  douteuse,  il y a une mangrove juste en face avec des crocodiles. Nous ne nous y attardons donc pas.

 

puerto angel1

 

On reprend Mauro pour rouler vers les plages suivantes, mais impossible de trouver le long de la route de quoi garer notre 4tonnes. La plage de San agustinillo à pourtant l’air magnifique. Quelques kilomètres plus loin, c’est Zipolite, réputée pour son atmosphère très hyppie. En passant on voit même le panneau de la plage nudiste. On se dit qu’avec les enfants on va éviter.

 

Finalement, on arrivera à Huatulco. Nous sommes assez surpris car c’est une station balnéaire toute neuve que les autorités mexicaines ont créé pour désengorger Cancun et Acapulco.  La zone est immense, les rues sont larges et bordées de très beaux palmiers bien alignés, de grands hôtels de luxe, un aéroport international, mais… personne !!! Etrange, une ville fantôme qui attend les touristes.

 

map huat

 

Huatulco est pourtant bordé de 9 baies magnifiques, 36 plages aux eaux limpides, sur 35km de littoral.

Bref, on se pose dans un camping à 100$ (6€) la nuit. Il y a quelques Américains et Canadiens posés là pour plusieurs mois. L’endroit est calme, en face de la plage Tangolunda, il y a beaucoup d’arbres autour qui abritent des oiseaux magnifiques dont des perroquets verts. La nuit ce sont les ratons laveurs qui viennent nous rendre visite pour dévaster les poubelles du camping.

 

huat

 

Le lendemain matin, après quelques courses au Super Che, nous filons à la playa maguey, réputée pour le snorkeling. On se régalera tous les 4 à barboter dans l’eau avec les poissons, il y en a vraiment des magnifiques. Malheureusement, l’appareil photos qui va sous l’eau nous a lâché à Zihuatanejo.

 

huat1

 

huat2

 

huat3

 

Après ça, nous changeons de plage pour tenter d’admirer d’autres espèces de poissons, La Entraga.

 

huat4

 

Là aussi, il y en a de toutes les couleurs, des bancs énormes de Dory (le poisson amnésique dans Nemo)nous suivent, vraiment le pied ! (On a pris une image sur internet pour vous montrer).

 

snorkeling.jpg

 

Retour au camping pour une dernière nuit, bien fatigués de notre journée.

Demain, une longue route vers Oaxaca nous attend…

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 02:19

Du 7 au 10 février 2013

 

La route pour arriver à Puerto Escondido est très belle.

  escondido

 

Nous arrivons à Puerto Escondido à 18h30, le soleil se couche, nous sommes fatigués et à défaut de trouver un camping pour ce soir, nous trouvons un bivouac correct dans une rue d’un quartier résidentiel. Il fait très chaud et c’est là qu’on aprécie le confort des campings qui permet tout de même de se poser dehors le soir et d’ouvrir toutes les fenêtres la nuit pour faire des courants d’air.

La nuit sera donc caniculaire mais calme.

 

escondido1

 

Puerto Escondido est une petite ville très cool, ici on trouve tout ce qui attrait au surf. La plage de Zicatela, un des plus gros spot de surf du monde est réputée pour la taille de ses vagues.

   

Au levé, nous partons faire des courses au Super Che. Notre problème actuel est que depuis hier le frigo ne refroidit plus correctement, du coup impossible de faire des provisions pour plusieurs jours.

Nous partons ensuite à la recherche d’un camping pour pouvoir se brancher à l’électricité et pouvoir refroidir ainsi le frigo. Autre problème est qu’en Amérique, on est en 110 volts, les campings ont souvent du 15-20 ampères, ça n’est donc pas suffisant pour recharger notre camping-car. En principe, on en a pas besoin, le fait de rouler et d’avoir un panneau solaire suffit. Mais, parfois ça peut aider.

Après quelques recherches vers des campings pourris, on tombe sur « Cabanas Edda et trailer park », la propriétaire nous annonce 100 pesos (6€), c’est donné vu le cadre calme et sympa des lieux avec hamac, eau, douche, électricité et wifi et tout ça à moins de 5 minutes à pied de la plage de Zicatela.

 

escondido5

 

On est super content, du coup on file sur la plage direct pour aller voir ces fameuses vagues. On passe le long des boutiques de surf et de souvenir et les locaux nous expliquent qu’en ce moment les vagues ne sont pas au top.

 

escondido2

 

Finalement ça nous permettra de nous y baigner sans trop de danger. Une fois à l’eau, on se rend vite compte que même si les vagues ne sont pas énormes aujourd’hui, elles nous tirent vers le large et il est difficile d’en revenir. Les sauveteurs viendront d’ailleurs alerter les baigneurs qu’il est préférable de rester sur le bord.

 

Après ça, nous allons nous balader en longeant la côte, il y a tout un sentier sur les falaises qui offre différents points de vue sur l’océan et les plages de Puerto Escondido.

 

escondido3

 

Pour le retour on passera en ville histoire de longer les boutiques. L’artisanat y est très coloré, beaucoup d’objets de décoration en terre cuite, peints avec des couleurs vives (grenouille, lézards, poissons, oiseaux…), on craque sur 2-3 souvenirs qui plairont à la famille.

 

Le soir, on retourne sur la plage, histoire de sentir l’ambiance festive du vendredi, en plus c’est le week-end du carnaval, il y a des animations et des festivités (feux d’artifices, chars…).

 

Le lendemain matin, nous allons louer des bodyboards sur la plage principale, celle située à côté de Zicatela, les vagues y sont moins violentes. On s’amusera toute la matinée.

  escondido6

 

escondido7

 

L’après-midi, nous allons chez un mécano que nous ont conseillé nos amis « les dudu » qui ont fait réparer leur camping-car ici. Ca faisait plusieurs semaines qu’on entendait un bruit métallique sous le châssis à l’avant, on voulait faire vérifier tout ça, surtout après le passage dernièrement de certains topes. Visiblement, après 1h30 d’inspection de toutes les pièces, rien de grave, les freins sont corrects et les amortisseurs aussi, ouf !

 

De retour au camping l’après-midi, on restera tranquille, un peu d’école, rangements, internet…

Le soir, c’est le carnaval dans la rue, on pourra voir quelques chars passer dans la rue à côté du camping. Les enfants ont eu envie de se déguiser, avec le peu de moyens que nous avions dans le camping-car.

 

escondido4

 

Lendemain matin, on part pour Puerto Angel, Zipolite et Huatulco.

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 00:09

Du 4 au 7 février 2013

 

Nous avons quitté avec un brin de nostalgie la ville de Zihuatanéjo et tous les amis et habitudes que nous avions là-bas.

 

Nous faisons rapidement les courses au « Commercial Mexicana » et nous mettons en route pour Acapulco, la station balnéaire la plus fréquentée du pays. Ca n’est pas une ville qui nous enchante particulièrement car trop touristique et tape à l’œil pour nous. En plus, on sait qu’elle n’est pas très sécuritaire,  que la corruption est assez répandue et que le trafic y est bouillonnant.

Mais c’est un passage obligé pour se rendre plus au sud. On roule un peu plus de 4h et on décide de se poser dans un camping à Pie de la Cuesta, une 15aine de kilomètre avant Acapulco.

 

C’est un village situé sur une longue fine bande de terre entre océan et lagune de Coyuca, l’endroit est paisible et plus sauvage, loin du zimboumboum d’acapulco. C’est aussi là que les gens viennent voir les plus beaux couchers de soleil qui ne sont pas visibles depuis la ville.

 

acapulco map

 

On regarde les différents campings situés dans ce village et après réflexion, nous nous arrêtons dans le dernier, le plus éloigné donc, le plus beau, calme et le moins cher (nous avons négocié le prix à 200pesos). Les lieux sont propres, bien entretenus, il y a pleins de cocotiers, une grande piscine, une machine à laver, une grande cuisine commune sous un palapas et la plage en face. Le plus surprenant pour nous, c’est que chaque emplacement possède sa propre petite piscine. Le portail est fermé en permanence, ici on se sent vraiment bien !

 

acap7

 

acap6

 

acap8

 

Le camping est vaste mais il n’y a que 2 camping-cars, des québecquois ici pour plusieurs mois. Nous faisons donc leur connaissance : Gérard1 qui voyage seul et gérard2 et Diane habitué du lieu depuis 3 ans.

Nous passons la soirée avec Gérard1 à discuter jusque passé minuit, nous nous découvrons beaucoup de points communs sur pas mal de sujets, nous avons la même philosophie de la vie. Pour ceux qui connaissent Pierre, vous pourrez comprendre qu’ils ont eu des conversations très scientifiques et philosophiques ensemble.

 

Nous pensions juste faire halte ici pour repartir le lendemain, mais Gérard1 propose de nous faire visiter la ville, il a un pick up et peut donc se déplacer facilement. Il aime le contact avec les gens et rendre service, c’est quelqu’un d’adorable.

 

Le matin donc, il nous amène remplir notre bouteille de gaz et ensuite, il nous conduit jusqu’au centre du vieux Acapulco.

Le trafic est hyper dense, on avance au pas d’homme. On aura bien le temps de voir la ville, sa cathédrale et ses plages bordées de grands hôtels. La ville n’a pas vraiment de charme, nous sommes assez déçus mais finalement pas étonnés. Le plus sympa sera La Quebrada, c’est fameux clavadistas (plongeurs de la mort) qui s’élancent des falaises à plus de 35m. Le spectacle est payant (40pesos/pers) mais c’est vraiment à voir.

 

acap1

 

acap5

 

acap2

 

acap3

 

acap4

 

Après ça, nous irons tous les 5 manger dans un bouiboui des spécialités mexicaines, délicieux !

 

acap9

 

Pour le reste de l’après-midi, Gérard nous fera faire un tour avec sa voiture le long de la baie. Ca bouchonne sévère, il fait une chaleur écrasante et nous sommes toujours aussi dépités de voir le contraste entre la richesse d’un côté, les moyens développé pour les touristes et la misère de l’autre.

 

acap10

 

acap11

 

acap12

 

Le seul truc qui amusera les enfants, ce sont les bus de la ville décorés par différents personnages de dessins animés, ainsi que les taxi, des coccinelles blanches et bleues. Il y en a partout.

 

acap

 

De retour au camping, nous irons nous rafraîchir dans les vagues. Mais ici, prudence, l’ocean est violent, les vagues sont hautes et puissantes.

 

acap13

 

En soirée, nous inviterons Gérard à manger des tortillas avec nous. Il est content de pouvoir apprendre comment les cuisiner. Comme la veille, nous discuterons un bon moment avant de nous coucher.

 

acap14

 

Le lendemain, nous attendons que le linge que j’ai lavé finisse de sécher pour quitter le camping.

Mais à midi, tout le monde nous dissuade de partir à cette heure car il y a des gros bouchons en ville, la propriétaire du camping nous conseille plutôt demain entre 8 et 9h. Et finalement on est tous content de rester avec Gérard. On en profite tous pour aller faire du bodyboard. On s’amusera ensemble toute l’après-midi. On apprendra à Gérard à passer sous les vagues pour les éviter. Un bon moment !!!

 

Le soir, on ira prendre l’apéro sur la plage avec les 2 Gérard et Diane, on partagera ensuite à nouveau le repas tous les 5.

 

Au matin, nous nous levons de bonne heure, on dit aurevoir à tout le monde et quitter Gérard nous arrache une fois de plus le cœur. Dur dur, toutes ces belles rencontres ne durent qu’un instant, mais quelle qualité d’échange et de partage.

Gérard, on te souhaite une belle et longue route, dans tous les sens du terme ;-)

 

La traversée d’Acapulco se fera finalement très bien, ça roule.

 

acap15

 

Mais arrivés un peu avant diamante, un policier nous arrête signalant que nous avons grillé le feu rouge et que nous roulions trop vite, ce qui est totalement faux, d’autant plus que nous étions en camping-car de 4 tonnes dans une montée !!! Il nous dit que nous devons payer 2300 pesos (140€) d’amende. On a beau expliquer, mais la communication est difficile vu que nous ne sommes pas très à l’aise avec la langue. Il finit par nous dire que si nous lui donnons 1000 pesos tout de suite, il nous laisse partir. Nous jouons sur le fait que nous n’avons que 200 pesos de cash sur nous. Il accepte, nous lui donnons donc ce qu’il veut et repartons très en colère avec ce sentiment de s’être laissé piéger par ce flic corrompu. C’est la 1ère fois que ça nous arrive, on sait que c’est courant en Amérique central. La prochaine fois, on essayera d’être plus persuasif.

 

Une fois Acapulco derrière nous, nous sommes soulagés. On roulera plus de 7h vers Puerto Escondido, avec de nombreux topes sur la route que nous n’avons même pas vu. Le camping-car a fait quelques vols planés, les amortisseurs ont bien dégusté.

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 03:59

Du 23 janvier au 4 février 2013

 

Arrivée à Ixtapa en milieu d’après-midi, petite ville très développée pour les touristes avec de grands hôtels de luxe et donc sans grand charme. Nous nous rendons à Playa Linda, près de l’embarcadero, ce côté est un peu mieux préservé. Il y a là une petite réserve tropicale : crocodiles, iguanes, spatules roses et tortues d’eau douce. Le coin est très sympa, pleins de petits restos mexicains sous les palapas, des boutiques de souvenirs et une longue plage où barbotent les pelicans. Les 3 mecs iront s’éclater dans les vagues pendant que je ferai une micro sieste sur le sable.

 

A10 ixtapa

 

A11 ixta

 

Le soir, nous bivouaquons sur le parking public de l’embarcadero, c’est gratuit et après 19h c’est assez calme.

 

Le lendemain matin, nous partons dans la ville d’à côté, à une dizaine de kms : Zihuatanejo, lieu qui sera pour nous le gros coup de cœur des plages mexicaines pour tout un tas de raisons (que vous comprendrez en lisant l’article). Le lieu est un peu plus authentique que Ixtapa.

 

D’abord nous cherchons un petit camping pas trop cher et après recherche dans la bible des campings au Mexique (Church), nous tentons El Manglar situé juste en face de la playa La Ropa sur la magnifique petite baie de Zihuatanejo. Là, nous faisons la connaissance de Luc et Marie, des québecquois venus ici pour 4 mois. Nous accrochons de suite avec eux. Il y a aussi une française, Roseline, qui voyage seule et qui fait le même trip que nous, nous resterons en contact pour passer quelques pays ensemble. Mais le camping est cher et complet. Heureusement, juste en face, le Costa Bella est un minuscule camping où il n’y a que 6 places, c’est aussi un lieu avec des bungalows. L’endroit est hyper cosi, pleins de palmiers, de plantes, d’oiseaux et de fleurs. Nous adorons et ça tombe bien il  reste 1 place pour 150 pesos (9€).  On a toutes les facilités (eau, électricité, dump, douches et un bon wifi) et le site est sécurisé par un portail, ce qui est non négligeable car la chaleur est telle qu’il est nécessaire de laisser toutes les fenêtres de Mauro ouvertes. On s’installe donc pour 1 nuit !

 

A12 zihua

 

A13b zihua2

 

A13 zihua1

 

On profite de l’après-midi pour aller sur la plage située juste en face, la baie est très agréable, un mix d’ambiance mexicaine et de tourisme. Juste ce qu’il faut ! D’un côté les hôtels de luxe et du nôtre, des restos mexicains et des bungalows moins tapent à l’œil.

L’eau est chaude, le sable est blanc et fin, on a pied assez loin et les vagues sont tranquilles, parfait pour les enfants !

 

A14 zihua3

 

A15 zihuatanejo

 

Après avoir joué dans l’eau tous les 4 avec des body surfs prêtés par nos nouveaux amis, Luc et Marie, on se balade le long de la baie pour admirer le coucher du soleil et les hôtels impressionnants qui s’illuminent sous les étoiles. Par hasard, nous tomberons sur un lâcher de tortues, le 2ème. Toujours aussi émouvant.

 

A16 zihua6

 

A17b zihua

 

A17 zihua

 

A18 zihua7

 

A19 zihua4

 

A20 zihua5

 

Le soir, Luc et Marie, nous parlent de la playa Las Gatas, situé au bout de la baie à 15 minutes à pied. C’est une très belle plage où l’on peut faire du snorkeling. Nous décidons donc de rester un jour de plus ici pour pouvoir y aller demain.

 

Au matin, nous partons tous les 6 à Playa Las Gatas. La plage est petite et mignonne, elle est bordée de 10aine de restos mexicains. Luc se pose sous un palapas de restaurants, ils connaissent le serveur, Jesus, qui peut surveiller nos affaires pendant que nous plongeons. Ici, une consommation suffit pour utiliser les transats et les tables. Parfois, certaines familles viennent avec leur pique-nique, c’est coutume.

 

A21Nouveau dossier13

 

A22 Nouveau dossier14

 

Une fois tous à l’eau, la magie opère, des tas de poissons multicolores partout autour de nous, à quelques centimètres même de la plage. On passera la journée là, à barboter la tête dans l’eau. Une vraie découverte pour nous.

 

A23 Nouveau dossier15

 

A24 Nouveau dossier17

 

On remettra ça le lendemain, en s'offrant un petit resto tous les 4, ici la grosse assiette de filet de poisson, salade et riz coûte 6€.

 

A25 Nouveau dossier18

 

A26 Nouveau dossier16

 

 

C’est qu’on commence à aimer cet endroit, une belle baie avec un océan calme et tranquille juste en face de notre camping, un peu plus loin une plage pour faire du snorkeling, un camping très agréable où nous nous faisons de plus en plus d’amis (suisses, canadiens, californiens, allemands…). On passe nos journées à jouer dans l’eau et c’est bien agréable de rentrer de la plage et de pouvoir profiter de la douche extérieur du camping pour se débarrasser du sable, bien pratique avec les enfants qui n’ont pas à envahir le camping-car.

 

A27 zihua14

 

Le soir, sous le auvent, on peut en profiter pour mettre le blog à jour (et là pour le coup, on a été efficace) ou même marcher sur la plage. C’est d’ailleurs lors d’une balade que Théo a pu « câliner » un crocodile.

 

A28 zihua12

 

A29 zihua8

 

Une grande amitié est née entre Théo et nos amis Luc et Marie qui est d’ailleurs devenue l’institutrice de Théo. Chaque jour, il faisait l’école avec elle. Ils ont aussi fait quelques sorties ensemble. Luc à amené Théo sur sa grosse moto. Ils sont allés dans une petite réserve pour voir les insectes et animaux du Mexiques.

 

A30 zihua9

 

A31 zihua10

 

Finalement, ce qui devait être 1 nuit de bivouac dans ce camping, c’est transformé en vacances de 11 jours.

 

Luc m’a emmené avec sa moto pour faire des courses (bah oui, on pensait pas rester si longtemps).

Nos voisins Carrie et Rod, un couple de Californiens habitués du camping, eux aussi, nous ont quelques fois dépanné, notamment pour aller en ville avec sa Jeep.

 

A32 zihua11

 

Mais les jours passant, il était difficile pour tout le monde de quitter l’endroit. On s’est dit qu’après tout, nous avions le temps puisqu’Alexis, le papa de Théo n’arrive que le 4 mars à Cancun. Pourquoi donc ne pas fêter l’anniversaire de Théo entouré de tout ce gentil monde ?

 

Le 2 février : BON ANNIVERSAIRE THEO !!!

 

Pour ce jour très spécial, nous faisons la surprise à Théo de partir tous ensemble, avec Luc et Marie, sur l’île d’Ixtapa, très beau site de snorkeling.

Nous prenons tous les 6 un bus pour l’embarcadero où nous avions dormi il y a plusieurs jours. Ensuite, un petit bateau nous amène en 10 minutes pour 40 pesos sur l’île en face.

 

A33 ixta1

 

A34 ixta2

 

Et c’est parti pour une belle journée de snorkeling sur la playa coral. Comme son nom l’indique, il y a un récif de corail, du coup, une grande variété de poissons et beaucoup plus gros qu’à Las Gatas, incroyable !!!  Ils nagent autour de nous, on peut même les toucher. Pour les enfants c’est génial car à peine un pied dans l’eau, ils sont déjà visibles.

 

A35 ixta3

 

A36 ixta4

 

A37 ixta6

 

A38 ixta7

 

A39 ixta8

 

On rentre en milieu d’après-midi, on repasse un petit moment devant la réserve. 

Je vais préparer le petit repas d’anniversaire de Théo. Nous avons invité Marie et Luc. Et quelle surprise en arrivant : 2 de nos voisins lui ont offert une pinata.

Nous prenons l’apéro, puis le repas avant que les enfants ne s’acharnent sur la pinata pour en récupérer les bonbons. Roseline nous rejoint ainsi que Rod un autre voisin pour le gâteau. Théo soufflera ses 10 bougies d’un coup. Tout le monde a été adorable car il a reçu des petits cadeaux. On les remercie tous de cette attention et de leur présence qui a rendu ce moment encore plus beau. Même la propriétaire nous a offert cette dernière journée au camping.

 

A40 zihua13

 

Le lendemain, nous avions décidé de partir, mais Pierre prétexte que le dimanche il y a plus de trafic (ce qui n’est pas vraiment le cas au Mexique), il préfère remettre ça à lundi matin.

Voilà, pour cette dernière journée, nous sortirons de notre farniente en nous rendant en bus au mercado de la ville, histoire de se balader au cœur de la population locale, on adore ça. Le grand marché avec ses odeurs, ses couleurs… toute une ambiance.

 

Le lendemain matin, il faut faire nos adieux à tout le monde et c’est dans les larmes et la boule au ventre que nous quittons cet endroit paradisiaque.

 

En route pour Acapulco, à 4h d’ici !!!

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 02:33

Du 20 au 23 janvier 2013

 

Après la visite du volcan dans les terres de l’état du Michoacan, nous descendons vers la côte Pacifique retrouver un peu les plages qui commençaient à manquer aux enfants (ils avaient pris de bonnes habitudes dans la Baja).

La route est longue (5h) et sinueuse, mais on se sent complètement dépaysé, on a l’impression parfois d’être dans la jungle vu la végétation. Par 2 fois nous verrons sur la route une bêbête qui inspirerait pas mal de monde ;-) La mygale du Mexique.

 

azul

 

Notre premier point de chute : Playa Azul, à l’est de Lazarro Cardenas. Nous optons pour un petit camping , Playa Azul Hotel et trailer park, avec toutes les commodités, il y a même 2 piscines et la plage juste en face. Un endroit très cosi.

 

azul1

 

Nous faisons rapidement connaissances avec le voisinage, un couple d’Américains et 2 couples de quebecquois dont Claude et Diane avec qui nous avons bien sympathisé. Ils partent eux aussi vers l’Amérique du sud.

Le coin est resté assez authentique et simple, ce qui fait tout son charme. La plage est très grande et longue, elle est bordée par des petits restos typiques sous des toits de palmiers où les hamacs font autant partie du décor que les tables et chaises. Il ya aussi pleins de cocotiers.

 

azul2

 

La route nous ayant bien fatigué, nous allons pour le repas du soir se faire un petit bouiboui  juste en face du camping. Ce sera les meilleurs tacos mangés jusque là. Ils cuisent une fine tranche de viande marinée sur le barbecue devant nous et ensuite il la coupe en petits morceaux. Placée sur la galette de blé, on na plus qu’à assaisonner de guacamole, oignons, coriandre et sauce chili au choix. Un régal ! On s’en prend 4 chacun et en s’en tire pour 150 pesos (9€).

 

azul3

 

Pour notre séjour dans ce village, cela se résume en journées à jouer dans les grosses vagues (c’est d’ailleurs frustrant de ne pas pouvoir surfer car aucune location ici), baignade à la piscine, je fais un peu de blog pour me mettre à jour, on donne des nouvelles aux familles et on discute avec nos amis québecquois.

 

azul4

 

azul9.jpg

 

azul10.jpg

 

Le premier soir nous irons marcher le long de la playa. Il y a au loin un navire échoué datant de 1993 à 100mètres de la plage, nous voulons nous en approché de plus près. C'est toujours aussi agréable d'aller admirer le coucher du soleil.

 

azul5

 

Au retour, nous faisons une belle découverte, celle que les enfants et surtout Théo attendaient depuis longtemps. Il y a là un repaire de tortues marines qui œuvre à leur sauvegarde en protégeant les œufs, en élevant les bébés et en les relâchant au moment opportun en éloignant un maximum les prédateurs comme certains oiseaux. Alors que nous longions la plage, un bénévole nous accoste en nous montrant une petite tortue qu’il a dans la main. Il nous dit en espagnol que demain à 10h, il pourra en relâcher une cinquantaine.

On est tous aux anges et attendons donc la matinée du lendemain avec impatience.

Au réveil, je ne tiens plus les gars, on attend 10h et on se met en route pour la plage, le monsieur nous attendait, nous sommes les seuls avec lui.

 

azul6

 

Il nous montrent les nids avec les dates de ponte, les bébés de différents âges et le bac ou se trouvent celles qui peuvent enfin gagner l’océan, elles ont une centaine de jours. Ce sont des tortugas negras, elles sont vraiment toutes mignonnes. Un très beau moment, surtout lorsqu’elles s’avancent dans le sable en direction de l’eau. Une fois dans l’océan, on voit leurs petites têtes sortir et les pattes s’agiter pour avancer. Très émouvant…

 

azul7

 

azul8

 

Après cette matinée réjouissante, nous quittons notre camping pour se rendre à Ixtapa, 2h de route plus au sud.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 15:00

Le 19 janvier 2013

 

Nous roulons 1 petite heure depuis Uruapan pour arriver au village d’ Angahuan, un village indien purépecha. Ici peu de gens parlent l’espagnol c’est toujours la langue indienne qui prédomine, on ne voit pas non plus beaucoup de voitures, tout le monde se déplace à cheval ou à pied, un autre monde, un autre temps….

 

volcan

 

Dans cette région, il y a plusieurs volcan dont un volcan, le paricutin, qui est entré en éruption en 1943 durant 8 ans et à englouti tout les villages alentours, sauf le clocher d’une église qui émerge de la lave solidifiée. Le spectacle est incroyable. Le site est un énorme champ de lave noire entouré de montagnes couvertes de sapins.

 

volcan1

 

Pour la balade, elle peut se faire à pied ou cheval, jusqu’au cratère en 6h AR ou bien jusqu’à l’église en 1h30 AR. Les photos vous laisseront voir notre choix…

 

volcan2

 

On traverse d'abord la forêt pour ensuite arrivé dans le champ de lave où la nature a doucement repris ses droits (cactus, agaves, arbustes...).

 

volcan3

 

Arrivés au pied de l'église, la balade se termine à pied, on escalade quelques rochers de lave pour découvrir le spectacle: les ruines de l'église, seul vestige de l'ancien village. La vue est splendide.

 

volcan4

 

volcan5

 

volcan6

 

Retour ensuite au village.

 

volcan7

 

volcan8

 

volcan9

 

Les enfants ont vraiment beaucoup apprécié cette visite, pour Pierre et Vatea c’était leur première montée à cheval. Nos guides ont été très sympas, même si le dialogue n’était pas évident. Au retour les enfants ont offert quelques un de leurs jouets.

Un très beau souvenir…

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 21:40

Du 11 au 19 janvier 2013

 

Un petit mot sur l’architecture coloniale :

Lors de la conquête du Mexique par les espagnols, ceux-ci ont naturellement exporté leurs styles architecturaux dans le pays. Ce fût d’abord le style gothique, puis plateresque et ensuite le style baroque qui évolua en ultra baroque (style churrigueresque). Tout cela parfois teinté d’indigénisme puisque les colons utilisaient des esclaves sans formation d’artisan qui forcément s’inspiraient de leur propre référence.

 

mexique.png

 

Guanajuato (du 11 au 12 janvier) :

Aujourd’hui, 11 janvier, c’est l’anniversaire de Pierre, nous avons roulé une bonne partie de la journée depuis le lac Chapala pour arriver à Guanajuato à 16h (on peut mieux faire comme anniv).

Cette perle des villes coloniales est un patrimoine culturel de l’humanité et son centre historique est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. A l’époque, elle fut construite sur un site argentifère (or et argent), le plus important au monde à l’époque coloniale. Sa richesse justifie donc la beauté de son architecture, ainsi que la particularité de ses tunnels souterrains qui constituent les rues du centre ville.

Autant vous dire tout de suite qu’elle a été notre coup de cœur dans la tournée des villes coloniales, mais nous en avons franchement chié dans ses petites rues avec le camping-car. Soit nous nous sommes perdus dans le labyrinthe de ses tunnels souterrains, soit nous nous sommes coincés dans les petites ruelles du centre ville. Retenez que cette ville est donc à proscrire en camping-car mais nous cherchions un endroit pour stationner, ainsi que le camping et nous nous sommes retrouvés embrigadés dans le centre.

 

ville colo

 

Nous avions dans un premier temps visité la ville d’en haut, en nous rendant à El Pipila, un monument en l’honneur de Jan José Martinez (en statue colossale) qui gagna une bataille en ces lieux durant la guerre d’indépendance. Depuis ce site, la vue sur la ville est splendide, surtout au soleil couchant qui embrase les maisons colorées.

Après cette visite et nos péripéties dans la ville, nous étions tous crevés et découragés de trouver un bivouac correct, nous avons donc opté pour la première fois depuis notre arrivée au Mexique,  aux fameuses stations services PEMEX en périphérie du centre ville. C’est vraiment bruyant !!!

 

Le lendemain, nous appréhendons de repartir vers le centre, mais trouvons finalement un parking surveillé pour 9pesos/h à 2 pas du centre historique.

C’est donc parti pour la découverte de Guanajuato, cette cité débordante de vie, de couleur et de musique.

Après quelques minutes de marche, nous arrivons au Mercado Hidalgo, bouillonnant, on y vent des fringues, des souvenirs mais il abrite aussi quelques bouibouis. En face le Templo de Belen et le jardin Reforma que l’on traverse pour arriver à une église de style baroque et la plaza de San Roque. De là nous continuons sur une autre très belle place, plaza de San Fernando, romantique et ombragée, elle est entourée de maisons coloniales, de bars et de restos.

 

ville colo1

 

La balade continue vers la fameuse Callejon Del Beso (ruelle du baiser), une petite ruelle si étroite que l’on peut s’embrasser d’un balcon à l’autre.

 

ville colo2

 

Un peu plus loin, nous arrivons ensuite devant la magnifique Basilique de Nuestra Senora de Guanajuato, jaune et de style baroque. Juste après, nous faisons une pause au jardin de la Union, le cœur de la veille ville entourés de restos chics. En face, nous admirons la belle façade néoclassique du teatro Juarez.

 

ville colo3

 

ville colo6

 

Nous marchons encore et passons devant le musée de Don Quijote et l’église San Fransisco où un mariage est célébré.

 

ville colo4

 

On flâne ensuite dans les callejones (ruelles) qui traversent la plaza Mexiamora.

 

ville colo5

 

Nous terminons notre boucle par le Templo de la Compania de Jesus, église à la façade churrigueresque typique (ultra baroque) et la magnifique Université de Guanajuato (façade néoclassique) avec son immense escalier,  réputée pour le droit et les arts. Elle fût autrefois un hospice.

 

ville colo7

 

ville colo8

 

Nous rentrons au camping-car pour manger, le moral revigoré par les merveilles  de cette ville qui nous a enchantée et filons ensuite vers Dolores.

 

ville colo9

 

 

Dolores Hidalgo (du 12 au 13 janvier) :

C’est une petite ville coloniale à taille humaine, passage obligé pour se rendre à San Miguel. Nous en avons donc profité pour la visiter et s’y arrêter pour la nuit. Elle recèle quelques belles églises typiques et un petit zocalo (place principale) charmant.

Le matin, nous ferons un tour au Mercado et à la brocante qui a lieu dans  la rue juste à côté de notre bivouac. Ensuite nous partons vers San Miguel.

 

ville colo10

 

ville colo11

 

 

 

San Miguel de Allende (du 13 au 15 janvier) :

La route pour s’y rendre n’est pas spécialement mauvaise, au contraire, elle traverse un beau paysage vallonné avec quelques cactus. Mais évidemment, ça nous pendait au nez depuis des mois : nous avons éclaté le pneu avant ! Sans roue de secours que nous cherchions désespérément depuis les Etats-Unis, nous ne pouvions pas aller bien loin. Alors dans notre galère, nous avons eu de la chance et de la malchance, d’abord parce que nous nous trouvions à 3 km de San Miguel et ensuite parce que la ville est en pente avec des rues pavées !

Nous roulons donc à pas d’homme vers le garage que Pierre avait repéré sur le gps, il est à la périphérie de la ville, derrière un Pemex et pas de chance, il faut grimper. C’est chaud et c’est le cas de le dire vu l’odeur qui se dégage du pneu ou plutôt de ce qu’il est reste !

 

Nous sommes dimanche bien sûr, le garage est fermé, alors une fois posés sains et saufs devant, nous descendons à pied dans le centre historique. Sur le trajet, au mirador, on peut voir la ville tout en bas et le paysage environnant.

  ville colo12

 

Les rues sont belles, colorées, pavées et assez pentues. Ici aussi la ville est classée monument historique et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais même si nous avons beaucoup aimé cette cité, on a trouvé dommage qu’elle ait perdu pas mal de son authenticité car elle est aujourd’hui peuplée par de nombreux gringos (américains) venues s’installer ici dans les années 1940.

 

  ville-colo13-copie-1.jpg

 

Nous arrivons au Parroquia de San Miguel Arcangel, édifice de style gothique  avec ses tours roses comme les châteaux de contes de fées. A côté l’église San Rafael et en face le Zocalo, place principale où viennent chanter les Mariachis et où l’on trouve les petits vendeurs de glace, de fruits frais et d’agua fresca. Les gens viennent ici s’assoir sur les bancs pour se détendre ou même danser. C’est une très belle place et ma préférée parmi tous les zocalos visités. Tout autour, on peut admirer la belle architecture du palacio municipal.

 

  ville-colo14-copie-1.jpg

 

Un peu plus loin, nous faisons un crochet vers le Templo de la Concepcion, le dôme s’inspire des Invalides à Paris.

 

  ville colo15

 

On revient sur nos pas pour aller de l’autre côté du zocalo, au Templo San fransisco qui s’ouvre sur un petit square fleuri. En le contournant, on arrive au Templo de la Salud, le portail de style colonial est magnifique avec une grande coquille Saint-Jacques abritant l’œil de Dieu.

Juste à côté, l’Oratorio de San Felipe Neri, façade baroque rose mais d’influence indienne et la Santa Casa de Loreto.

  ville colo16

 

Après ce tour des monuments historiques, nous faisons un petit passage au Mercado Ignacio Ramirez, le marché se trouve dans une ruelle et est prolongé par un marché couvert, on y trouve toutes sortes d’objets, des vêtements et des souvenirs. Je ne me lasse pas de regarder l’artisanat et les couleurs. J’en ramènerai une jolie nappe typique.

 

Nous revenons enfin vers le zocalo pour prendre le bus qui nous ramène directement en haut de la ville, là où nous sommes garés, 5 pesos par personnes, ça fait 30cts d’€ et cela nous évite la longue remontée !

 

Le lendemain, à l’ouverture du garage nous allons expliquer notre problème. Evidemment, comme on nous l’a toujours dit, ils n’ont pas notre dimension. Nous n’avons plus le choix, nous changeons les 2 pneus avant pour passer de la taille 195 à 205. Nous récupérons ainsi un des 2 pneus avant en roue de secours pour l’arrière. Si on crève à l’avant, on se débrouillera.

Il faut attendre l’après-midi pour qu’ils puissent être livrés des pneus en question. On profitera de cette attente pour faire une lessive à la laverie située un peu plus loin dans la rue, puis faire de l’école et skyper la famille grâce au code wifi donné par le garage.

Au final cela nous coutera 5800 pesos (350€) pour des pneus goodyear, le montage et l’équilibrage.

Nous sommes un poils plus élevés, mais surtout les pneus sont un peu plus larges, ce qui améliorera notre confort de conduite (surtout lors des passages de topes). Le patron nous offrira des casquettes, portes-clés et stylos.

 

Fin de journée, on va se balader au centre commercial à côté, on est surpris par les magasins qui sont très chics et très modernes. On comprend que cette ville soit habitée par beaucoup d’américains, les infrastructures le montrent.

On restera garé là pour la nuit, nous partirons demain matin pour la ville de Queretaro.

 

 

Cuitzeo (le 15 janvier) :

Finalement nous sommes passés à Queretaro, grosse ville coloniale,  mais après avoir traversé le centre historique en camping-car, nous décidons de passer cette étape car les grosses villes commencent à nous peser. Il nous reste Morelia qui nous motive un peu plus.

On roule donc vers le lac de Cuitzeo. Il y a un très beau monastère augustinien dans le centre ville, en face du zocalo. On s’y balade paisiblement. Les enfants iront ensuite jouer au parc.

 

ville colo17

 

Nous cherchons le camping gratuit inscrit dans le Church Mexican Camping, mais sans succès, on décide donc de na pas rester ici.

A la sortie du village, la route traverse le lac, c’est superbe. On part pour Morelia et bivouaquons le soir sur le parking du walmart de la ville.

Petit NB : nous avons longuement hésité à faire la route vers le sanctuaire des papillons monarques, mais il fallait faire un détour de 150km après Morelia. La visite vaut vraiment le coup je pense car ils sont des milliers à virevolter autour de nous. Mais comme nous avions vu des plus petits sanctuaires sur la côte Californienne, on a décidé à contre cœur de zapper ce passage.

 

Morelia (du 15 au 16 janvier) :

Très belle ville coloniale dont le centre historique est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, elle renferme des merveilles architecturales et il est plaisant de pénétrer dans les édifices publics pour admirer les nombreux patios.

Cette fois, nous nous garons depuis le walmart un peu plus en périphérie du centre. Nous commençons par le quartier où se trouve l’aqueduc, nous le longeons via la Calzada Fray Antonio de San Miguel (rue piétonne parsemée d’arbres) jusqu’à la plaza Villalongin avec sa belle grande fontaine.

 

ville colo18

 

Nous remontons ensuite l’avenue principale où se trouve la plupart des édifices intéressants : le Palacio Federal, l’église de la Cruz et le temple des bonnes soeurs, le palacio de Gobierno qui abrite un très beau patio de style baroque, avec des peintures murales de Zalce sur l’histoire du Mexique. Et en face, la magnifique cathédrale, au milieu du zocalo, un mélange de baroque et de néoclassique. Les coupoles sont recouvertes d’azulejos bleus.

 

ville colo19

 

Nous changeons de rue pour aller au Palacio de Justicia, très beau bâtiment avec un patio qui abrite un petit musée sur l’histoire de Morelia. Nous allons ensuite vers l’église San Augustin dont l’esplanade est souvent envahie de pigeons.

Direction un peu plus au nord vers le Palacio Clavijero, qui abrite aujourd’hui la bibliothèque de l’Université, c’est une construction colossale avec une grande cour en pierre rose et une fontaine octogonale. A l’arrière le mercado de dulces (pas bon pour la ligne). En face, le couvent Santa Rosa qui abrite le conservatoire de musique.

Nous poursuivons un peu plus haut au Templo del Carmen sur une place tranquille, juste derrière la casa de la cultura avec sa grande cour et ses sculptures en métal recyclé.

 

ville colo20

 

  ville colo21

 

On fera une petite pause wifi devant l’église de San José avant de repartir vers l’aqueduc.

Pour le retour nous ferons un passage dans la Callejon del Romance, puis au Santuario de Nuestra Senora de Guadalupe, pour nous le plus bel intérieur d’église visité jusque là, un feu d’artifice de couleurs du sol au plafond !

 

ville colo22

 

La journée fût longue, les enfants sont fatigués, on rentre au camping-car pour rouler vers Patzcuaro.

 

 

Patzcuaro (du 16 au 18 janvier) :

Nous optons donc pour un petit camping pas cher (200pesos = 12€) situé en périphérie du centre historique. Un vrai petit paradis (voir nos bivouacs en page d’accueil). Nous avons le wifi, l’eau, l’électricité, la douche et une piscine, tout ça dans un cadre verdoyant où nous sommes juste 2 camping-cars. Les enfants soufflent et nous aussi. Résultat : nous décidons d’y rester la journée du lendemain et de ne rien faire de spécial que de se reposer. C’est agréable…

 

  ville colo23

 

Après donc ces 2 nuits au camping, nous partons le matin pour visiter le village de Patzcuaro. De là nous avons une belle vue sur le lac du même nom et l’île de Janitzio où domine la statue de Morelos.

 

  ile de patzcuaro-copie-1

 

Patzcuaro donne l’impression d’être dans le village le plus ancien et historique du Mexique, nous sommes ici au cœur de la région des indiens Purépechas. L’artisanat du bois y est très réputé (des meubles surtout).

Nous garons le camping-car et partons vers le centre. On nous avait tant parlé en bien de la beauté de ce village, nous ne sommes pas franchement charmés. Nous visitons le mercado et à côté la plaza San Augustin, la Basilica de la Salud qui domine la ville, la plaza Vasco de Quiroga et l’église San Juan de Dios.

 

ville colo24

 

Mais au retour, nous voilà pour la première fois PERDUS ! Nous n’avons pas repérer le nom de la rue ni pris le gps avec nous, le plan du routard n’est pas très élargi et celui du petit futé très mal expliqué. On tourne une petite heure avant de retrouver Mauro. Après un petit gouter pour nous remettre de nos émotions, on se met en route pour Uruapan, dernière grosse ville coloniale sur notre route.

 

Uruapan (le 18 au soir) :

Pareil que Queretaro, on sent le stress des plus grandes villes, on ne s’y attarde donc pas et allons stationner sur un Pemex tranquille adjacent au parking surveillé d’un restaurant. On est juste sur le départ de la route qui mène vers le volcan de Paricutin que nous avons l’intention de visiter demain.

La nuit sur la station service sera correcte, juste le bruit des poids lourds qui se garent à côté.

 

 

 

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Mexique
commenter cet article