Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 23:47

Du 12 au 17 décembre 2013


Nous nous réveillon à Uyuni et préparons notre départ pour le Salar : on passe au marché acheter quelques fruits et légumes. On va mettre de l’essence et passons à la station de lavage pour graisser le châssis du camping-car afin de le protéger de la corrosion due au sel.

Nous sommes avec une famille française : Valérie, Polo et leur 2 enfants, ainsi qu’une famille allemande : Mélanie, Mickaël et     Mia.

On est tous prêt pour attaquer les 30km de piste entre la sortie d’Uyuni et le village de Colchani, soit presque 1h de route.

  8 salar d'uyuni 

A 3650m d’altitude, le salar d’Uyuni est le désert de sel le plus grand du monde, 12500km2 sur 40m d’épaisseur. On traverse ici un des paysages les plus beaux des Andes. Un paysage hallucinant d’où se détache, au loin, pour marquer l’horizon, l’ocre des montagnes.

En arrivant sur le salar, on se fait un peu peur, il est bien mouillé, mais c’est ici que passent tout les camions transportant le sel ainsi que les nombreux 4x4 des touristes. On peut aussi voir des tas de monticules de sel que les travailleurs placent afin de faire sécher les cristaux et pouvoir les transporter dans les villages. Il faut passer ce cap et après quelques centaines de mètres la magie opère, on roule à près de 80km/h sur ce désert blanc, impression fabuleuse et indescriptible. Par endroits, la croûte de sel se craquelle en plaques géométriques.  

8 salar d'uyuni1

Vatea se met même au volant, histoire de gouter à la sensation. On fait un petit arrêt photo pour immortaliser les premiers moments tous ensemble.

8 salar d'uyuni4

Nous roulons d’abord sur les traces laissées par les véhicules mais prenons finalement vite confiance et allons aux grés de nos envies, en direction de l’Isla Inca Huasi. Le GPS nous indique le point, nous allons droit dessus, à 75km de l’entrée du salar.

8 salar d'uyuni2

Au milieu du grand rien, cette île volcanique est couverte de centaines de cactus, elle abrite un petit musée, une boutique et un bar resto. C’est ici que viennent s’amarrer par dizaine les 4x4 des excursionnistes.

8 salar d'uyuni3

Nous restons là un bon moment car du côté nord de l’île, c’est tranquille et il y a des centaines de briques de sel. Nous nous mettons tous à faire des constructions en tous genres, on s’éclate ! Il y a du vent mais il fait chaud.

8 salar d'uyuni7

8 salar d'uyuni5

Nous visitons ensuite le minuscule musée et nous baladons un peu sur l’île au milieu des cactus faisant parfois jusqu’à 12m de haut et des quelques lamas vivant sur l’île pour le bonheur des touristes !

8 salar d'uyuni8

Un peu avant le coucher du soleil, nous nous rendons sur l’Isla del Pescado, 25km plus loin. Nous admirons en chemin le soleil descendre sur le salar, les couleurs sont spectaculaires.

8 salar d'uyuni9

Le salar est semé de nombreuses îles désertes, celle-ci, comme la précédente est recouverte de cactus géants, mais à la différence ici les 4x4 ne s’arrêtent pas, nous sommes tranquilles et abrités du vent devant une partie de l’île formant comme une baie.

Le soir est tombé, il fait froid maintenant, nous prenons un petit verre tous ensemble avant d’aller se coucher.

8 salar d'uyuni10

 

La 2ème journée sur le salar, on profite tous de ce bivouac hors du commun. Les enfants ont découvert une grotte juste en face, sur l’île. Valérie et moi cherchons du bois de cactus en souvenir, les hommes s’échangent des films…

8 salar d'uyuni11

8 salar d'uyuni12

Viens aussi le temps des mythiques photos montages, très fun, les parents y prenant plus de plaisir que les enfants. Mais attention, le soleil cogne fort et se réverbère davantage sur le sel, résultat en fin de journée, on est tous écarlates !

    montage photos salar2

montage photos salar

8 salar d'uyuni13

 

Le 3ème jour, nous nous éclatons encore à faire des photos rigolotes.

montage photos salar1

montage photos salar4

montage photos salar5

montage photos salar3

Nous partons dans l’après-midi pour nous rendre au pied du volcan Tunupa. Il doit être à environ 40km de notre bivouac. Nous cherchons le village Coquesa et le mirador d’où l’on jouit d’une superbe vue sur le salar. Le problème c’est que le salar dans cette partie est mouillé, difficile donc d’accéder au pied du volcan et des différents villages. Mais la pellicule d’eau qui se forme sur le sel lorsqu’il pleut rend le salar encore plus magique. Il reflète ainsi parfaitement le ciel et le paysage alentour, au point de masquer l’horizon. Nous restons donc un moment dans cet endroit et marchons dans l’eau les pieds nus (très bonne thérapie le sel mais un peu piquant !) avec l’impression de voler parmi les nuages.

8 salar d'uyuni15

8 salar d'uyuni16

bolovie 2320bis

Nous mangeons, faisons quelques photos avant de repartir un peu plus loin autour du volcan. Toujours aussi mouillé et difficile d’accéder aux villages, le risque de se tanquer devient trop grand. Nous décidons tous de faire demi-tour quand on voit au loij un troupeau de vigogne courant sur le salar. On roule à toute allure pour les suivre, le spectacle est unique, elles galopent à nos côtés à près de 50km/h.

8 salar d'uyuni17

Nous retournons vers l’île, notre bivouac étant tranquille et à l’abri du vent pour une dernière nuit.

L’état des camping-cars est impressionnant, ils sont tous blancs, même les vélos des enfants sont intégralement recouverts de sel !

En soirée, Mickaël prend l’initiative d’un barbecue. Pierre est un peu mal à l’aise de « Salir » ce désert blanc. Mais nous sommes au bord de l’île, le salar ici devient de la terre et nous balayerons toutes les cendres et remettrons les pierres sur l’île demain matin.

Nous partageons donc tous du poulet, des côtes de porc et des pommes de terre. Le feu nous réchauffe bien mais la fraicheur du soir et surtout le vent nous ramène vite chacun dans nos casas rodantes.

8 salar d'uyuni18

 

Le 4ème et dernier jour, on range le campement. Théo récupère un peu de sel pour nos familles.

On roule vers l’Isla cascara de huevo (île de la coquille d’œuf), elle doit son nom aux coquilles d’œufs d’oiseaux brisées qui jonchent le sol. On la visite pour ses étranges cristallisations de sel ressemblant à des roses.

Durant le trajet, je monte sur le toit du camping-car de Valérie et Polo pour filmer.

Plusieurs problèmes se posent ici aussi : nous n’avons pas le point gps, et dans ce désert blanc difficile de se repérer, ensuite la couche de sel est tantôt mouillée, tantôt très dur avec des cristallisations faisant vibrer tout le camping-car (sensation ripio). Après pas mal de kilomètres, on décide tous de virer  vers la sortie, on se pose juste pour le repas de midi.

La route s’avère maintenant plus difficile qu’à l’aller puisqu’ici le sel n’est pas aussi lisse.

Mais nous arrivons enfin vers la sortie, soulagés mais déjà nostalgiques de cet étrange océan…

8 salar d'uyuni14                                                                     le salar sous toutes ses formes

Il faut encore parcourir les 30km de piste pour rentrer à Uyuni. Nous sommes dimanche et les lavadero sont fermés. Pierre a hâte de refaire une beauté à Mauro mais il faudra attendre demain.

On part faire quelques courses au marché. Je fais un bref ménage à l’intérieur du cc.

Dans la soirée, le temps se gâte, nous sommes sortis à temps du salar.

Le lendemain, Mauro sera bichonné pendant 1h. Lavage intégral et regraissage du chassis, un super boulot pour 10€ ! La mauvaise nouvelle c’est qu’avec les vibrations sur le salar, le pare-choc s’est détaché, il tient brièvement va falloir rapidement s’en occuper !

Le temps est pluvieux, on reste donc à Uyuni tous ensemble. On fera école, mise à jour du blog…

En nous levant ce matin, le soleil semble être revenu.

Nous en profitons pour aller enfin visiter le cimetière des trains, attractions très populaire à Uyuni. Sur fond de paysage désertique, des carcasses rouillées de locomotives à vapeur, qui transportaient le minerai vers le Chili et le Brésil dans les années 1930. Une vision apocalyptique et un grand terrain de jeu pour les enfants…

cimetière train

cimetière train1

cimetière train2

cimetière train3

cimetière train4

Nous mangeons devant ce cimetière hors du temps et prenons ensuite la route, les 3 camping-cars, vers Potosi...

     

Petit récapitulatif en video de nos 4 jours sur le salar (sans son dorénavent, merci Youtube!)


Partager cet article

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Bolivie
commenter cet article

commentaires

maureen 16/02/2014 20:33

Les photos délires du salar sont vraiment terribles ! Quel fun !!

Emmanuel 06/02/2014 20:52

Magnifique. Que des belles photos encore, le tout très bien commenté.

Despont Lili 06/02/2014 17:14

Ca doit etre magique.... Merci pour ses belles photos et commentaires

nounou 06/02/2014 10:01

Magnifique reportage et heureusement que pour le nettoyage de Mauro la note n'a pas été trop "salée".
Bisous à vous quatre .

Roselyne 06/02/2014 08:05

Superbes photos et super voyage qui continue en magie!
bises, bises
je suis au Maroc, loin des intempéries et loin aussi de vos belles aventures mais tout va bien