Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 20:57

          Du 29 mars au 4 avril 2014  

Nous sommes en route pour Puerto Natales au Chili, notre 5èmepassage dans ce pays.

En quittant El Calafate, sur la route, il se met à neiger, ça faisait longtemps pour nous, les enfants ont envie d’aller toucher la neige, on s’arrête quelques minutes. Après un certains nombres de kilomètres, elle a déjà disparu…

6 retour El Calafate et route vers Chili

Il y a 3 passages dans cette région pour se rendre au Chili, à Puerto Natales, nous choisissons la frontière du Passo Dorotea, après la ville de Rio Turbio, la route y est totalement goudronnée.  Ca se passe très rapidement avec une fouille rapide du camping-car toujours à la recherche de nourriture en provenance d’Argentine. Avec l’habitude maintenant, nous essayons de ne pas trop nous charger avant le passage et cachons le peu de chose qu’il nous reste.

1 Frontière + Puerto Natales

Nous arrivons à Puerto Natales en fin de journée et allons bivouaquer directement face au fjord.

Puerto Natales est une petite ville portuaire tranquille située au bord de la mer, un fjord en réalité et face aux Andes de Patagonie. C’est le point de départ d’excursions vers des glaciers de la région et surtout vers le magnifique parc national Torres del Paine.

1 Frontière + Puerto Natales1

peuerto-natales-et-punta-arenas 9626

Après une bonne nuit de sommeil malgré le vent patagon, nous allons faire les courses au supermarché (Unimarc), mettons de l’essence, trouvons une connexion internet sur la jolie place centrale, retirons du cash,…

La journée passe et nous nous mettons en route pour le parc vers 19h30. Il y a 120km pour se rendre à l’entrée, dont la moitié sur du ripio. Le parc fermant à 21h30 (mais la barrière reste ouverte), nous espérons ainsi passer sans payer car l’entrée est assez chère (plus de 40€ à nous 4). Nous avons acheté le pass pour tous les parcs du Chili mais Torres del Paine est une exception.

mapa-torres-del-paine

Ce parc est en effet un des plus beaux du Chili. La diversité des paysages, la richesse de la faune et de la flore lui vaut sa réputation mondiale auprès des amateurs de randonnées et de grands espaces. Les emblématiques Torres del Paine ( tours du Paine) semblent menacer le ciel de leur sommet acérés. C’est eux qui ont donné le nom du parc, ils sont au nombre de 3 et culmine à 2850m, 2800m et 2243m d’altitude. Ils font partie d’une vaste de chaine de montagne à laquelle appartiennet aussi les 3 Cuernos del Paine (cornes du Paine). La formation de ces montagnes fut accompagnée de l’apparition de nombreux lacs et glaciers.

La végétation ici varie selon l’altitude. On trouve dans le parc plus de 200 espèces de plantes et arbres, 180 espèces d’oiseaux (condors, nandous, cygnes), 25 espèces de mammifères (puma, guanaco, renard, petit loup, chat sauvage…).

Nous arrivons au parc vers 22h par l’entrée principale, la porteria Laguna Amarga (il y a 4 entrées au total), après presque 3h de route (on roule doucement sur le ripio). On est passé sans payer. Il fait nuit et allons directement bivouaquer sur le grand parking de l’hôtel Las Torres, c’est de là que partent la plupart des grands treks de plusieurs jours.

Au réveil, j’ai droit à des supers câlins des enfants car aujourd’hui, 31 mars, c’est mon anniversaire !

On se met en route vers le centre du parc, nous allons le traverser en camping-car jusqu’au Lago Grey et faire ensuite le même chemin en sens inverse pour ressortir du parc à la nuit tombée et ne pas avoir de contrôle des guardaparques à la sortie. En tout, 170km aller-retour sur de la piste.

En quittant le parking de l’hôtel, nous apercevons les 2 torres, le 3ème est caché par une montagne.

2 PN Torres del Paine

Sur le trajet nous croisons pas mal de guanacos et faisons une première halte à la laguna los flamencos qui porte bien son nom puisqu’on y observe une colonie de flamands roses.

2 PN Torres del Paine1

Nous continuons en longeant pas mal d’autres petites lagunes, nous sommes entourés de montagnes enneigées aux sommets déchiquetés. Nous arrivons sur un mirador, faisant face au lago Nordenskjold et aux 3 Cuernos. C’est ici que nous nous posons pour le repas.

2 PN Torres del Paine2

Je reçois pleins de petits cadeaux (cusquena, chocalat, bijoux en macramé fabriqués par les enfants, dessins,…) et un gâteau Suchard rien que pour moi que les enfants m’ont décorés !

2 PN Torres del Paine4

2 PN Torres del Paine3

On continue ensuite notre route à travers le parc, longeant maintenant le lago Pehoe, puis une magnifique pleine où galopent des chevaux et arrivons au Lago Grey vers 15h30.

2 PN Torres del Paine5

2 PN Torres del Paine8

2 PN Torres del Paine6

Nous marchons vers le mirador du glacier Grey, issu du campo Hielo Sur Patagonico (comme le Perito Moreno), cette gigantesque mer de glace (16000km2) s’étend à califourchon entre le Chili et l’Argentine et dégringole dans les eaux du lac éponyme où flottent de gros icebergs aux couleurs bleutées. Nous partons faire cette petite marche d’1h30 sans les enfants. En effet, il fait froid et le vent ici est violent. Ils préfèrent rester au chaud et s’occuper un peu sans nous.

2 PN Torres del Paine7

On aperçoit le glacier au loin et on voit quelques icebergs flotter sur le lac mais finalement nous sommes venus jusqu’ici pour ne pas voir grand-chose.

C’est vrai que le parc nous offre de magnifiques paysages, mais ça fait beaucoup de route pour des paysages similaires que l’on a déjà pu voir avant. De plus, nous sommes en basse saison, ça a l’avantage d’être moins peuplé mais aussi plus froid avec un ciel moins ensoleillé.

Torres del Paine est un parc très intéressant pour les randonneurs car il permet des balades spectaculaires, mais la plupart des treks sont très difficiles et nécessitent plusieurs jours de marche.

Nous faisons maintenant chemin inverse, nous arrêtant juste pour le repas du soir. Nous sortons du parc sans contrôle vers 21h et allons bivouaquer 5km après la sortie, au bord de la Laguna Amargua.

2 PN Torres del Paine9

Il fait nuit, on ne voit rien mais avons la belle surprise le lendemain matin de voir la chaine des Torres pile sous nos yeux et se reflétant parfaitement dans la lagune. Le plus beau des points de vue en fin de compte et pas besoin d’entrer dans le parc pour en profiter.

peuerto-natales-et-punta-arenas 9585

Il y a aussi une colonie de flamands roses qu’on aura la joie de voir s’envoler au milieu de ce paysage montagneux.

2 PN Torres del Paine10

Le lieu est tellement sympa qu’on y reste la journée pour en profiter. On décolle vers 15h et croisons les Passifou qui eux viennent dans le parc. Après avoir échangé avec eux, ils décident de ne pas y aller et nous repartons ensemble vers Puerto Natales. On fera un petit passage au skate park avec les enfants, face à la mer.

3 retour Puerto Natales

3 retour Puerto Natales1

On se gare ensuite sur la place pour avoir une connexion.

C’est là que nous croisons Jean-Phi, sa femme et sa fille. Ils sont en tour du monde depuis bientôt 1 an. Nous l’avions connu car il a créé un super site de voyageurs (http://hdv.jimdo.com/) et avions ainsi correspondu avec lui par cet intermédiaire. Cette année était la sienne, après avoir raconté, référencé, résumé les sites des autres, le voilà lui aussi partis pour l’aventure.

Nous échangeons un peu de nos expériences avant qu’ils ne repartent pour la terre de feu. On se recroisera peut-être là-bas, le monde est vraiment petit !

Les enfants jouent sur la place et Théo revient le front en sang, son frère a eu la bonne idée de lui lancer une pierre. Le point de suture n’est pas de trop mais avec une bonne désinfection et un stéristrip on parvient à stopper le saignement sans faire de couture.

Alors que nous sommes tous au lit, une alerte est donnée par la police et l’armée : il faut bouger loin de la côte, un risque de tsunami est probable car il y a eu un tremblement de terre important (8,2) à Iquique, au nord du Chili. On est très surpris et cherchons plus d’informations auprès des habitants. Ca nous paraît invraisemblable, Iquique est à plusieurs milliers de kilomètres d’ici. Nous sommes à plus de 1km de la plage, nous décidons de rester garés sur la place et passons une bonne nuit.

Le lendemain, nous refaisons quelques courses et essayons de trouver un petit cadeau d’anniversaire sympa pour Vatea, c’est dans 6 jours, mais en terre de feu ça risque d’être plus difficile à trouver voir plus cher. Il est dans sa période pingouin, alors ici on devrait trouver ce qu’il faut !

L’après-midi, j’ai pas mal d’évaluations à envoyer au CNED, des mails à répondre et finalement le temps passe, les Passifou partent pour Punta Arenas, nous restons sur le bivouac pour ne bouger que demain.

On se lève donc tôt car il y a 230km pour rejoindre Punta Arenas. C’est de là que nous prendrons le ferry pour Tierra del Fuego (la terre de feu). C’est plus cher que Punta Delgada un peu plus à l’Est mais cela nous évite de reprendre la même route en quittant la terre de feu et surtout il parait que la piste serait en bien meilleur état de ce côté et un peu plus courte. Bref : le prix pour le camping-car et ses passagers est de 81800 $ chiliens (115€), contre 18800 (25€) de l’autre côté.

Bref, Punta Arena est assez moderne comme ville portuaire, il y a de nombreux musées et de nombreux centre commerciaux, mais c’est un climat plutôt rude ici et une ville très isolée du reste du pays.

Dès notre arrivée, nous nous rendons directement à l’embarcadère « Tres Puentes » (S53° 07.310 W70° 52.081) pour réserver au plus vite notre départ de demain si possible. Tout est ok, on embarquera dès 8h le lendemain matin et pouvons stationner sur le parking pour la nuit.

4 Punta Arenas

Nous allons ensuite vers le centre ville, le Mirador de la Cruz offre un vue d’ensemble sur la ville, l’ocean Pacifique, le fameux détroit de Magellan et Tierra del Fuego au loin. Nous longeons la côte pour revenir au bivouac et retrouvons par hasard les Passifou qui n’ont pas trouvé le port d’embarquement. Nous nous y rendons donc tous ensemble pour qu’ils puissent réserver leur place demain aussi.

Nous cherchons ensuite un garage car notre frein à main ne fonctionne plus correctement, malheureusement il ne suffit pas de le retendre, ils ne peuvent pas nous aider car il n’ont pas l’outillage adapté. Nous profitons durant ce temps de visiter le cimetière de la ville situé juste en face du garage. Cet endroit, qui pourrait paraitre glauque pour ceratins, est en fait d’une grande théatralité avec ses longues allées de cyprès taillés tout rond, les mausolées mégalos de la bourgeoisie et des grands capitaines de l’industrie. A l’entrée le Monument à l’indien inconnu, statue de bronze, attire des fidèles venant caresser son gros orteil portant bonheur…

4 Punta Arenas1

Nous retournons à l’embarcadère, face au ferry. Nous sommes aux premières loges pour voir les belles couleurs provoquées par le couché et le levé du soleil.

4 Punta Arenas2

5 Ferry vers Porvenir

Le lendemain, 8h, nous sommes prêts et embarquons à bord, 2h30 de traversée vers Tierra del Fuego ! Durant le trajet, nous allons dans la zone prévue pour les passagers. Vatea joue à la console, Pierre fait des photos sur le pont et Théo sympathise avec l’équipage et le capitaine.

5 Ferry vers Porvenir1

 

2h30 plus tard, nous sommes à Porvenir, en Terre de Feu !!!

 

puerto natales

   

       

Partager cet article

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Chili
commenter cet article

commentaires

sabine Tordoor 30/05/2014 00:36

Salut les voyageurs, encore des photos qui font rêver!C'est Génial!
Bonne continuation dans vos nouvelles découvertes.
Bien à vous , PhilIppe et Sabine (voisins Marie-Christine et Jean-Claude

nounou 29/05/2014 19:05

Vatéa a lancé pierre sur théo ? ok c'est nul.

Bisous à vous quatre.