Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 21:59

      Du 5 au 14 mai 2014  

 

585 2

                                                                   Photo ci-dessus prise d'internet  

iguazu ciel

                                                                  Photo ci-dessus prise d'internet 

 

Le Rio Iguazu prend sa source au Brésil et parcourt 1300km avant de se jeter dans le Rio Parana, 23km à peine en aval des chutes. A l’approche d’Iguazu, au gré d’une faille géologique, il s’éparpille en quelques 275 cascades d’une hauteur de 40 à 80m, qui s’étirent en arc de cercle sur 2700m. La physionomie du site est due à des phénomènes volcaniques qui se sont déroulés il y a 225 millions d’années, lorsque les couches de laves se sont répandues sur la région, donnant naissance à un sol basaltique qui a pour particularité de former des failles verticales lorsqu’il se rompt. A cela s’ajoute l’érosion hydraulique qui « mange » peu à peu le rebord des chutes.

Véritable joyau, les chutes d’Iguazu ont pour écrin une forêt subtropicale dont l’ampleur de la biodiversité est sans égale dans le reste du pays. A l’origine, cette jungle impénétrable couvrait 1 000 000 km2. Souffrant de la déforestation, elle ne se déploie plus que sur 60 000km2, d’où l’importance de la création du parc national d’Iguazu !

Au total, des 2 côtés de la frontière, la forêt est désormais protégée. 2000 espèces végétales se côtoient ici (figuier étrangleur, palo rosa, orchidées, fougère géante…), ainsi que plus de 430 sortes d’oiseaux, dont les colibris, perroquets et toucans. Parmi les 80 mammifères, citons le puma, le jaguar et l’ocelot. Les insectes sont innobrables, mais le plus surprenant : la fourmi tigre qui mesure 3 cm de long. Les araignées sont pas mal dans le genre.

Sans oublier les centaines de papillons multicolores qui virevoltent au dessus de nos têtes. On peut aussi apercevoir des singes capucins, des tatous, des tapirs, des agoutis, des pecaris, des capibaras et à coup sûr des coatis qui n’hésitent pas à venir vous piquer votre casse croûte !

Bref, vous l’aurez compris, ici c’est la jungle, même si le site est extrêmement touristique !

Les infrastructures sont très développées : hôtel, restaurants, passerelles surplombant les chutes sur plusieurs kilomètres, train écologique, boutiques, musée… Ici c’est 4000 visiteurs par jour, 12000 lors de la haute saison !

Nous sommes plutôt chanceux de ce côté-là car c’est la période où la fréquentation est moindre et où le temps est idéal (température douce, ni caniculaire, ni froide mais pluies fréquentes).

  iguazu-falls-physical-map 

 

Chutes d’Iguazu côté argentin

Nous bivouaquons à Puerto Iguazu, la ville se trouvant proche de l’entrée du parc. On se lève tôt pour aller visiter les chutes. Il ne pleut pas, mais le ciel est gris. Allez on se lance !

19 Puerto Iguazu et les chutes1

A l’entrée du parc, nous prenons le train écologique qui nous amène tout au bout du site, la fameuse Garganta del Diablo (bouche du diable). Spectaculaire !!! Après avoir parcouru plus de 1km sur des passerelles surplombant le Rio (c’est d’ailleurs incroyable de marcher sur une telle distance au dessus d’une rivière), on approche du site et on voit déjà au loin les embruns provoqués par la puissance du débit. On plonge alors au cœur du tourbillon, dans un bruit de tonnerre et sous des trombes d’embruns. Les cascades mugissantes dessinent l’arc de cercle de 2700m à cheval sur l’Argentine et le Brésil. C’est là que se concentre 60% du débit des chutes qui atteignent ici près de 70m de hauteur. Le débit est tellement puissant qu’il est quasi impossible de voir le Rio en bas, tellement le spray est abondant.

19 Puerto Iguazu et les chutes2

Nous passons un bon moment là à observer ce spectacle de la nature. Il n’y a pas trop de monde mais le ciel est grisâtre.

iguazu 1442

iguazu 1454

iguazu 1481

Il faut savoir que le niveau des chutes peut parfois baisser brutalement, c’est lié à la présence de nombreux barrages dans la région, dont le second plus important au monde : le barrage d’Itaipu.

A l’inverse, comme au moment de notre visite, le Rio Parana est en crue, la rivière peut s’élever de 1m par heure,  le débit est alors puissant et l’eau prend une couleur brunâtre en se chargeant de limon.

Le débit moyen du Rio Iguazu est de 1750m3/sec, mais lors des grandes crues il peut atteindre plus de 30000m3/sec. En 2005, le flot monta subitement de 5m et emporta les passerelles de la Gorge du Diable. Depuis elles ont été reconstruites. Nous avons appris après notre visite du parc qu’il avait été fermé à cause des inondations catastrophiques dans la région, certaines passerelles ont à nouveau été endommagées et le débit du Rio a atteint des records !

Nous reprenons la passerelle et le train pour nous rendre au centre du site, là où démarrent d’autres sentiers sur des passerelles.

19 Puerto Iguazu et les chutes3

Nous commençons par le circuit supérieur. Ce sentier longeant le sommet des chutes intérieures permet d’en apercevoir le dénivelé et livre des vues splendides sur la vallée et les rapides, ainsi que sur l’île Saint-Martin. Les 2 temps forts de cet itinéraire de 800 mètres : la plateforme menant au salto Bossetti et celle menant au salto Mbiguà. Nous nous arrêtons d’ailleurs sur la première pour déguster notre sandwich face à une des plus belles vues du pays !

19 Puerto Iguazu et les chutes4

19 Puerto Iguazu et les chutes5

iguazu 1567

iguazu 1523

iguazu 1576

De retour au centre, on aperçoit les coatis venus quémander de la nourriture aux visiteurs attablés au restaurant du parc.

19 Puerto Iguazu et les chutes6

De là, nous démarrons le circuit inférieur. Ce sentier de 1,6km permet de voir les chutes d’en bas et de mieux saisir ainsi la physionomie et la géologie du site. On est aussi un peu plus immergé dans la jungle. Après l’ascension de pas mal d’escaliers, une vue panoramique grandiose se déploie devant nous, l’île Saint-Martin, encadrée sur la gauche par la Garganta del Diablo et sur la droite par les chutes intérieures.

iguazu 1612

19 Puerto Iguazu et les chutes7

iguazu 1632

Un peu plus loin sur le sentier, un embarcadère amène gratuitement les touristes sur l’île, mais en période de crue, ce service est suspendu, ce qui est malheureusement le cas lors de notre passage.

Tout au bout de ce parcours, nous arrivons au pied de salto Bossetti, là c’est la douche assurée !

iguazu 1639

On se pose pour le goûter, admirant les superbes oiseaux noir et jaune dans les arbres, le geai acahé.

19 Puerto Iguazu et les chutes8

Nous faisons maintenant demi-tour. Petit arrêt à la boutique pour acheter un livre sur la faune et la flore de la région. Nous avions celui de Patagonie que les enfants adorent, on complète donc notre collection. On s'amuse un peu avec les coatis.

On quitte le parc en empruntant le sendero verde plutôt que de prendre le train écologique. Ce petit sentier de 600m nous permet d’éviter la foule et de profiter davantage de la forêt et ses petits habitants.

Notre visite du parc est terminée, il nous a fallu une petite journée. Nous rentrons à Puerto Iguazu pour faire quelques courses et bivouaquer comme la veille sur un petit parking près de la place.

Demain, suivant le temps, nous passerons au Brésil pour visiter les chutes de ce côté…

 

Chutes d’Iguaçu côté brésilien

On se lève tôt, le soleil semble être de la partie aujourd’hui. On se met donc rapidement en route afin de passer le frontière à quelques kilomètres seulement.

Comme d’habitude, aucun souci aux douanes, tous se fait très rapidement. Pas besoin d’autorisation particulière  pour le véhicule au Brésil., donc aucune démarche à faire de ce côté là.

Nous sommes à Foz do Iguaçu et je peux vous dire que de changer de langue nous perturbe légèrement, le portugais n’est pas simple au premier abord, on se sent un peu perdu !

Bref, nous filons directement au parc des chutes, à quelques kilomètres de la ville.

A partir de l’entrée du parc, une navette nous conduit gratuitement, 11km plus loin, au départ de l’unique sentier du site. D’autres arrêts sur le trajet conduisent vers des activités qu’il faut payer en supplément (descente en canoë, jeep, escalade, accrobranche…).

1 les chutes d'Iguazu

iguazu 1746

Nous descendons donc au sentier des chutes, il y a des coatis partout, des papillons, mais surtout, une vue imprenable sur l’ensemble des chutes intérieures en face, avec en prime un arc en ciel qui perdurera toute la journée.  On s’avance sur ce chemin qui offre chaque fois des points de vue différents, on longe en fait le Rio en s’approchant de l’arc de cercle : Garganta del Diablo !

1 les chutes d'Iguazu1

1 les chutes d'Iguazu2

iguazu 1788

1 les chutes d'Iguazu3

Clou du spectacle : le sentier se termine par une passerelle qui s’avance dans les entrailles de la bouche du diable, sous une pluie d’embruns, c’est grandiose !

iguazu 1826

1 les chutes d'Iguazu4

iguazu 1847

1 les chutes d'Iguazu5

iguazu 1860

iguazu 1861

iguazu 1876

iguazu 1898

Nous prenons enfin l’ascenseur qui mène à un belvédère surplombant la quasi totalité des chutes, vraiment incroyable. On est scotché et aucune photo ou video ne peut retranscrire la grandeur du lieu.

iguazu 1907

Nous marchons vers le parking pour reprendre la navette. Il y a des centaines de papillons partout, Pierre se régale avec son appareil photo. Nous découvrons aussi un point de vue étonnant : le Rio Iguazu calme juste avant la cassure brutale donnant naissance aux chutes de la bouche du diable, seuls les embruns nous rappellent la puissance de ce qui se passe juste en bas. On se pose finalement au petit snack du parc pour manger un morceau avant de repartir.

iguazu 1955

De tout notre voyage, les chutes d’Iguazu et d’Iguaçu feront parties du top 5 des sites les plus spectaculaires visités. Difficile aussi de dire quel côté est le plus beau, les 2 se complètent. Le côté brésilien offre une vue d’ensemble panoramique et permet de mieux cerner la magnificence et le gigantisme des lieux, la passerelle menant à Garganta del Diablo nous donne l’impression de pénétrer dans le ventre du monstre. Le côté argentin offre une vue suspendue depuis le haut des chutes. C’est aussi là que les aménagements sont les plus respectueux de l’environnement, les passerelles sont en bois et non en béton comme au Brésil. Le parc y est plus grand et permet des balades dans la forêt, c’est donc l’occasion d’observer plus d’animaux.

  Chutes-dIguazú-copia1                                                                  Photo ci-dessus prise d'internet  

Après avoir quitté le parc donc, nous n’allons pas dans la ville de Foz do Iguaçu, mais juste à 2km du parc dans un camping connu de tous les voyageurs : Paudimar. Il tient en effet sa réputation : le camping est joliment arboré (on ramasse même des avocats), il y a des cabanas, le petit déjeuner inclus, piscine avec snack bar et TV, ping pong, billard, terrain de foot, aire de jeux enfants, eau, électricité, énorme salle de douches super clean, avec un gros jet bien chaud (rigolez pas c’est pas toujours le cas !), grande salle semi couverte commune avec plusieurs coins cuisine, gazinières et frigos. Bref, le camping parfait à un prix raisonnable (environ 20€ par jour à nous 4). C’est le camping le plus cher que nous ayons fait durant le voyage, mais ça vaut vraiment le coup.

2 Paudimar1

Bref, on s’y pose 4 jours. Les enfants peuvent se divertir librement pendant que nous faisons du grand ménage. Le camping-car a bien besoin d’un gros coup de décrassage après ses mésaventures sur l’abominable piste boueuse des Esteros del Iberia. Je ferai aussi une petite mise à jour du blog, la lessive des draps, le tri entre les fringues d’hivers et d’été qui se trouve dans le coffre de toit. Depuis quelques jours, on a retrouvé une certaine chaleur tropicale, même si ici c’est l’hiver et que les nuits sont fraiches.

Parque das Aves 

Nous en profitons aussi pour visiter le très beau parc des oiseaux (parque das aves), situé en face de l’entrée de celui des chutes. Plus de 800 espèces, du fameux toucan au aras macao en passant par les flamants roses, le casoar, la spatule rose et des espèces très colorées. Les oiseaux vivent dans de grandes cages représentant leurs écosystèmes originels, nous pouvons circuler dans cet espace et être en contact direct avec les animaux. On peut voir aussi des serpents, caïmans, papillons, colibris et des singes. Une sortie très appréciée des enfants !

3 parque das aves

3 parque das aves1

3 parque das aves2

3 parque das aves3

3 parque das aves4

3 parque das aves5

3 parque das aves6

Bem-vindo ao Brasil

Nous quittons le camping de Paudimar le 11 mai, nous mettons 3 jours et demi pour gagner Rio de Janeiro, traversant les états du Parana, du Minas Gerais, de Sao Paulo et de Rio de Janeiro. Nous avons pris des autoroutes payantes et qui se sont avérées assez chères mais nous voulions éviter Sao Paulo. Le Brésil est très vert, très propre et nous avons traversé des régions avec des immenses cultures de maïs, de canne à sucre, de café et de bananes. Nous bivouaquonq sur des aires de services, comme les poids lourds.

4 route vers Rio de Janeiro

Petit souci sur le trajet : suite à un dos d’âne mal signalé, le camping-car a fait un petit saut et le pare-choc s’est un peu décroché. Après avoir tourné un moment pour trouver quelqu’un pour nous le refixer, nous tombons sur Virgile et son équipe. Une petite ferreteria dans un village. On papote péniblement en portugais mais on sympathise bien. Il fera du bon boulot en 30 minutes et nous laissera partir sans vouloir se faire payer.  

4 route vers Rio de Janeiro1

La fin du parcours se fera hors autoroute, nous prenons des chemins secondaires nous faisant passer dans des reliefs plus montagneux, la végétation est luxuriante et tropicale. On sent bien qu’on approche de Rio….

map-iguazu-rio.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Brésil
commenter cet article

commentaires

nounou 15/07/2014 15:51

Kedo kedo

Bisousssss.