Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 21:21

    Du 14 au 22 avril 2014

 

On a quitté la Terre de Feu hier, nous voilà côté est de l’Argentine, nous allons parcourir la Ruta 3 sur encore près de 2000 km, route asphaltée unique longeant la côte jusque Buenos Aires.

map ruta 3

Nous allons à Rio Gallegos pour faire des courses, mettre du gazoil et voir à quoi ressemble cette ville. Le front de mer n’est pas franchement beau, il parait pourtant que c’est ici que l’on peut voir les plus beaux couchers de soleil.

Nous reprenons donc rapidement la RN3 qui se déroule toujours le long de l’océan, au milieu d’un paysage désertique et monotone de Patagonie.

Un peu avant Piedra Buena, c’est la panne ! En effet, les villes ne sont pas nombreuses sur la route, le vent souffle parfois de face doublant la consommation de carburant, il ne faut donc pas se faire surprendre, et là pour nous c’est raté ! Pierre prend donc notre bidon de réserve (vide évidemment !) et se fait prendre en stop très rapidement. Le chauffeur est très sympa et le ramène de suite après, la station n’était qu’à 10 min.

Une fois cet incident clos, nous nous rendons non loin de là au Parc National Monte Leon. Falaises abruptes, longues plages de sable où l’on peut voir des colonies de manchots de Magellan, de lion de mer et des cormorans. Nous n’avons pas le droit de bivouaquer à l’intérieur du parc et il est trop tard pour le visiter, on se place donc juste à l’entrée pour passer la nuit et attendre le lendemain.

2 Comandante Luis Piedra Buena

Nos amis les Passifou arrivent (on se retrouve toujours par hasard), on passe la soirée à discuter.

Le lendemain, la piste étant mouillée car il a plu cette nuit, l’entrée du parc n’est pas autorisée. Il faut attendre et on ne sait pas combien de temps, du coup, on décide d’avancer.

On s’arrête à Puerto San Julian, c’est ici que Ferdinand de Magellan arrive avec sa flotte. Il y a d’ailleurs sur la plage, une réplique taille réelle du Nao Victoria, la seule des 5 embarcations de Magellan à avoir terminé son tour du monde. Elle mesure 25m de long, 7m de large avec un mât culminant à 24m, cette drôle de coquille de noix  semble peu adaptée à une telle odyssée sur tous les océans du globe… Après le repas, nous visitons l’intérieur du navire, les enfants adorent…

1 Puerto San Julian

1 Puerto San Julian2

1 Puerto San Julian3

1 Puerto San Julian4

Nous empruntons ensuite le circuito costero, un circuit côtier (une piste) qui part de Puerto San Julian et qui épouse sur 30km les falaises vertigineuses et les plages sauvages du littoral.

2 Circuito Costero

Nous nous arrêtons devant l’un d’elles pour gouter et ramasser des coquillages. Les vagues sont fortes et forment d’impressionnants embruns marins.

2 Circuito Costero1

Après cette petite expédition, nous retrouvons la Ruta 3 avant de bifurquer un peu plus loin vers le Monument Nacional Bosques Petrificados. Une piste de 50 km en moyen état et très irrégulière pour atteindre le site. Ca a intérêt à valoir le coup !!!

Il y a 150 millions d’années, des forêts parsemaient la Patagonie. Après le soulèvement de la cordillère des Andes, le climat changea, d’importantes éruptions volcaniques détruisirent les massifs boisés. Les cendres empêchèrent la décomposition des végétaux. L’eau s’infiltrant dans les sous-sols apporta avec elle des sels minéraux qui pénétrèrent dans les cellules des arbres et s’y cristallisèrent. En se décomposant, la matière organique laissa derrière elle des répliques à l’identique de ces arbres, mais en pierre !

Nous roulons sur la piste, le paysage est monotone, on roule à 20km/h et c’est éprouvant.

La nuit tombe, nous arrivons dans le parc vers 20h et comme beaucoup de voyageurs avant nous, on se fait virer car il est interdit d’y passer la nuit. On a tenté comme des idiots !

3 MN Bosques Petrificados

On est obligé de faire 10 km en sens inverse pour stationner devant le panneau de l’entrée du site, les boules !!! En plus, il n’y a aucun bas côté, ça penche partout et il y a du vent, tampis on va faire avec ! Finalement la nuit ne sera pas si mauvaise.

Nous retournons au parc vers 10h, on ne croise personne sur cette route déserte. Le paysage est plus intéressant qu’en début de piste, surtout qu’il fait jour maintenant, on dirait le décor de la Death Valley au USA. Mais il fait froid et il y a beaucoup de vent. La balade fait 2km (1h environ), entre les bois pétrifié dont la taille de certains troncs est impressionnante, près de 35m de longueur et 3 m de diamètre, ce qui fait d’eux les plus grands arbres pétrifiés jamais découverts. Le détail des veines, des cernes, de l’écorce est remarquablement restitué. Il est interdit de ramasser des morceaux mais les enfants ont discrètement emportés quelques souvenirs. On passe ensuite visiter le petit musée.

3 MN Bosques Petrificados1

3 MN Bosques Petrificados2

3 MN Bosques Petrificados3

3 MN Bosques Petrificados4

Nous mangeons un peu plus loin sur la piste, un peu avant la sortie du parc, c’est là que nous profitons de ramasser, loin des regards, les plus belles pièces de bois pétrifié.

ruta-3 0488

Nous refaisons les 40 km de piste restants, péniblement. Puis 200km sur la ruta 3 jusqu’à la Villa Rada Tilly où nous bivouaquons tranquillement au bord de la plage. C’est une petite station balnéaire assez huppée.

4 vers Rada Tilly

4 vers Rada Tilly1

On reprend la route le lendemain, nous traversons rapidement la grosse ville de Comodoro Rivadavia.

Après des centaines de kilomètres sur la ruta 3, nous bifurquons vers Camarones. Nous voulons visiter Bahia Dos Cabos, c’est une réserve naturelle qui compte une grande colonie de manchots de Magellan dans un cadre magnifique. Non loin de là, on peut voir aussi la célèbre estancia de Florent Pagny. Malheureusement, les locaux nous déconseillent d’emprunter la piste qui fait tout de même 30km, il a plu et elle n’est pas très praticable. On reste donc à Camarones, complètement désert en cette saison, où on s’offre une nuit au camping municipal face à l’océan histoire de profiter des douches chaudes, de l’eau, électricité et d’internet. Je fais du ménage profitant de l’eau à volonté, puis après une bonne douche, nous goutons aux délicieux empanadas au saumon que prépare la gérante du camping. Nous sommes au chaud dans le camping-car grâce au radiateur électrique que nous avons branché, on s’endort comme des bébés.

5 Camarones

Nous quittons le camping en fin de matinée, la ruta 3 reprend sur une longue distance, il fait froid et un vent à décorner les bœufs. On bifurque sur la RN 75 pour nous rendre dans la réserve de Punta Tombo. C’est une péninsule qui s’avance sur 3 km dans les eaux de l’atlantique. Cette étroite langue de terre abrite la plus grande colonie de manchots de Magellan des côtes argentines, plus d’1 millions d’individus !

Nous arrivons vers 16h, on y retrouve les Passifou arrivés hier soir. La réserve ferme vers 19h, mais il fait un beau soleil pour encore pouvoir en profiter.

Le tour commence par la visite du musée, puis nous attendons dans un salon qu’une navette vienne nous chercher et nous emmène à l’entrée du site.

6 Punta Tombo

Le sentier jusqu’au bord de l’océan fait 1,5km aller. Malgré que la saison se termine car les manchots migrent vers le nord, on observe un nombre impressionnant de pinguinos, des nids à perte de vue creusés dans le sol sous les arbustes.

6 Punta Tombo1

6 Punta Tombo2

Nous marchons 1h30, la lumière du soleil couchant est belle mais il fait très frais.

6 Punta Tombo3

Nous revenons au cc et roulons ensuite vers Playa Union où nous bivouaquons près de la plage.

7 Trelew, Playa Union

L’endroit est moyen, le lendemain matin nous partons rapidement, on s’arrête à la sortie de Trelew, une ville galloise, sur une station service full équipée (cafet, épicerie, wifi, douches), on s’installe dans les fauteuils de la cafeteria, au chaud, je publie un article sur le blog, Théo fait son évaluations de math, on s’informe pour le retour (ferry, billets d’avion…). Bref, la journée passe et on se dit qu’on est pas si mal ici. On reste donc pour la nuit.

Le matin, nous profitons encore d’internet pour skyper la famille puis reprenons la ruta 3 en direction de Puerto Madryn, on y fait des courses au Carrefour, mangeons sur le parking et allons non loin de là à la Péninsule Valdés.

8 Puerto Madryn, Valdès

Mais énorme déception : le prix ! 160$ adulte (16€), 80$ enfant. Ca semble sans cesse augmenter. Pour nous c’est trop cher, on est complètement hors saison, peu de chance de voir des animaux marins et beaucoup de piste pour se rendre au bout de la péninsule( 300km AR). On est triste mais on décide de zapper cet endroit pourtant mythique. En effet, c’est ici, entre juillet et décembre que les baleines franches australes viennent allaiter leurs petits, tout proche des plages. Pas besoin de prendre de bateaux pour les voir. On peut aussi observer d’autres animaux comme les éléphants de mer (phoques), les lions de mer (otaries), les manchots de Magellan, des dauphins de Commerson (les plus petits du monde), des orques, mais aussi renards, nandous et guanacos.

La période des orques s’étend d’octobre à mars, nous sommes aussi trop tard, c’est pourtant eux que nous aurions aimé voir le plus. Le plus grand prédateur marin de la planète. Spectacle unique au monde que celui de ses méthodes de chasse : il se jette sur la plage, se saisit d’un lion de mer, puis repart en se dandinant pour regagner le large, même si la scène est rarissime, on peut l’observer depuis la punta norte de la péninsule.

Allez, c’est reparti sur la ruta 3, on roule jusque Las Grutas, petite station balnéaire paisible et vide hors saison. Il est 18h, on bivouaque face à l’océan. Le soir, je fais des empanadas maison puis nous regardons un film tous les 4.

Ce village doit son nom à des grottes marines rongées par l’érosion. En raison d’une amplitude de marée exceptionnelle, les plages voient leur taille varier de plusieurs centaines de mètres à quelques mètres à peine. Au réveil, la marée est basse et nous en profitons pour marcher sur la plage et voir ces fameuses grottes.

7 Las Grutas

7 Las Grutas1

7 Las Grutas2

La municipalité a même creusé des piscines naturelles dans les rochers. On imagine le monde ici l’été ! On rentre par la rue piétonne. On aime bine ce village, c’est calme et joli.

7 Las Grutas3

Nous reprenons la route, la 3 évidemment, et après le repas de midi, nous faisons quelques courses au supermarché de Viedma. Nous partons ensuite à 30km, visiter le Balneario El Condor, à l’embouchure du Rio Negro, ce petit village abrite la plus importante colonie de perroquets au monde, environ 35000 nids dans les anfractuosités de ses falaises. Mais le soleil étant derrière, on se dit que les photos seront plus belles demain matin quand le soleil tapera sur la falaise. On fait 30km de plus et allons voir La Loberia, une colonie permanente de lions de mer australs. Sur la route, on aperçoit un putois. Curieux, on s’arrête pour tester la fameuse odeur que cet animal dégage, en effet c’est assez fort et désagréable.

8 vers La Loberia

En arrivant, la réserve est fermée mais le garde accepte de nous amener sur la passerelle gratuitement. On les observe de loin mais la colonie n’est pas à son maximum en cette saison.

On a aussi la confirmation que l’odeur du putois est forte et persistante puisque le gardien nous fait la remarque en rigolant, il a senti l’odeur sur nous !!!

On revient vers Balneario pour bivouaquer près de la falaise aux perroquets, on s'arrête sur la route juste pour faire des photos depuis le haut des falaises et revoir notre ami le putois. Les perroquets envahissent déjà les lignes électriques. On peut aussi voir le phare le plus ancien de Patagonie.

ruta-3 0721

8 vers La Loberia1

Dès l’aube, on entend les perroquets. On marche le long de la falaise, sous nos pas, ils s’envolent par centaine, c’est surprenant.

9 Balneario El Condor

9 Balneario El Condor1

9 Balneario El Condor2

On repart en fin de matinée, traversons Viedma, Carmen de Patagones puis Bahia Blanca.

On a pris la décision de ne pas suivre la côte jusque Buenos Aires que nous visiterons à notre retour puisque c’est de là que nous repartons en France. On prend donc le chemin le plus direct vers le nord de l’Argentine et les chutes d’Iguazu. On quitte la ruta 3, la Patagonie et roulons en direction de Pigué, un village aveyronnais !!!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Argentine
commenter cet article

commentaires

catherine 23/06/2014 00:55

Cela me rappelle bien des souvenirs, bien que j'y étais à une autre saison. J'y retournerai bien ! En attendant je profite du Costa Rica. Bonne route à vous 4.

nounou 18/06/2014 08:58

La panne d'essence me rappelle celle que vous avez eu en venant en Belgique........
Bisous à vous tous.