Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 23:53

Du 24 février au 12 mars 2014  

Retour à Villa la Angostura où nous nous étions rapidement arrêtés il y a 1 semaine de cela.

Le passage de la frontière (paso international Cardenal Antonio Samore) a été, comme à l’aller,  simple et rapide.

Villa la Angostura est un village baigné par les eaux de l’immense lac Nahuel Huapi, ce centre touristique fait pratiquement face à Bariloche situé de l’autre côté du lac. On est ici dans l’immense Parc National Nahuel Huapi qui s’étend un peu plus au nord vers Villa Traful et bien au sud de Bariloche. Ce parc réunit une foule de milieux différents, de nombreux lacs, ainsi que des hauts sommets. Il abrite en outre une faune variée et des forêts exubérantes.

Après avoir fait le plein d’essence, les courses, ect, nous cherchons un bivouac et tombons par hasard sur un parking réservé aux camping-cars situé très proche du lac en bas du village.

Nous sommes un peu éloignés du centre pour s’y rendre à pied, mais la bonne surprise est que nous y rencontrons 2 familles parlant français et qui voyage également au long court.

Il y a Ben et Mimi avec leur fille Zoé à bord d’un superbe MAN qu’ils ont entièrement équipé par eux-mêmes.

Ensuite, une adorable famille marocaine : Kika, Anouar et leur 3 enfants (Mehdi, Meissa et Maya) en camping-car.

Ils viennent du sud et voyagent depuis 4 mois sur le continent, très souvent ensemble.

Nous discutons avec eux le soir. Ils sont ici depuis quelques jours et nous indiquent des bons plans comme le petit parc d’en face où la pizzeria « La Rustica » donne l’accès à son wifi et met ses tables extérieures à notre disposition. Il y a des jeux pour enfants et des stands d’artisanant où nous faisons rapidement connaissance avec les vendeuses de macramé.

1 Villa La Angostura

Nous profitons de tout cela durant la journée du lendemain. Dans l’après-midi, une partie de la troupe, dont Vatea, part en ville se faire couper les cheveux. Je fais des macramés que m’ont commandés les filles.

Le soir, nous allons tous manger des empanadas et des pizzas à La Rustica », c’est vraiment un délice pour un prix dérisoire.

1 Villa La Angostura1

region-des-lacs-2 7149

Le lendemain, nos amis partent pour la route des 7 lacs, ils essayent de nous convaincre de les accompagner, c’est pour nous à l’opposé, nous avons encore une longue route à faire et la fin du voyage approche, mais après hésitation, nous partons avec eux. Nous avions tellement apprécié le lac Villarino où les enfants avaient pécher 2 semaine auparavant qu’on se dit que c’est un endroit idéal pour s’y poser tous ensemble et laisser les enfants s’amuser en toute liberté.

On fait donc 60km à nouveau sur cette superbe route des 7 lacs et arrivons au lago Villarino. Tout le monde est enchanté par le lieu, génial !

2 retour Lac Villarino

Anouar installe une tente pour les enfants, Ben sort son bateau gonflable, les enfants leur cane à pêche,… bref un bivouac gratuit transformé en petit paradis, comme la première fois que nous sommes venus mais avec des amis en plus.

Nous passons les 2 premiers jours tranquillement, chacun vaquant à ses occupations (ménage, rangement, lessive à la main, école, pêche…). Mimi fait des crêpes aux enfants, Kika un gateau au chocolat. On papote entre filles autour du maté, on s’échange des films, Ben vient nous aider dans quelques réparations sur le camping-car (c’est qu’il a du matos ce Ben !). Le soir, les adultes discutent sous les étoiles en buvant quelques bières.

2 retour Lac Villarino1

Le 3ème jour, nous sommes invités par nos voisins argentins à partager le fameux cordero (c’est un agneau cuit au barbecue, une spécialité en Argentine). Nous avions en effet sympathisé avec cette famille venue avec leur camping-car passé 1 semaine au bord du lac. Leur fille Chuchi est tétraplégique et elle est très heureuse de partager un peu de moments avec les enfants ou de venir s’installer près de nous quand on discute.

2 retour Lac Villarino2

Nous préparons donc chacun différentes salades ou accompagnements et goutons à  ce délicieux moutons, Raul le père en a fait pour tout un régiment !

Après le repas, Maria, la maman, nous prépare des glaces pendant que Raul nous joue de l’accordéon. Un moment que je ne saurais décrire mais qui restera particulièrement très émouvant. Les regards échangés entre Chuchi (qui ne communique qu’avec les yeux) et son papa en sont pour quelque chose, la sérénité et le bonheur que dégage cette famille très simple aussi.

Le lendemain, on décide de rester une journée de plus (c’est pas du tout notre genre, lol). Il fait très chaud. Après une matinée d’école, on passe tous l’après-midi sous notre auvent, à l’ombre. Les enfants pêchent. !

Réveil à 8h30, on remballe tout. Les aurevoirs à nos amis sont longs et douloureux. Eux aussi feront parties des belles et fortes rencontres de ce voyage. On quitte le camp vers 11h30.

photo 3

2 retour Lac Villarino3

Sur la route du retour, on croise un couple de retraités toulousains qui voyagent à vélo, quel dynamisme à leur âge ! On les envoit au lac retrouver nos amis.

Arrivés à Villa la Angostura, après quelques courses, nous retournons nous garer à notre ancien bivouac, mais seuls cette fois. On est un peu nostalgiques.

On essaye d’envoyer les évaluations en se posant devant la pizzeria « La Rustica », mais la connexion est mauvaise. Heureusement que les commerçants nous reconnaissent, ça nous fait du monde pour discuter. Théo passe beaucoup de temps avec la vendeuse de macramé. On s’échange des techniques de nœud.

3 retour Villa la Angostura1

Nous allons ensuite nous balader près du lac, sur le ponton.

3 retour Villa la Angostura

Le soir, on fera la fête tous les 4 dans le camping-car avec la musique de notre « boîte à meuh », la beat box.

La journée suivante, après nos heures d’école, nous allons marcher vers un petit mirador et rentrons pour manger des empanadas à la pizzeria, il y a du choix (viande, poulet, légumes, fromage…) et ils sont délicieux.

L’après-midi, nous partons dans le Parc National Los Arrayanes. L’entrée est au bord du lac et un sentier s’enfonce dans la péninsule de Quetrihué, reliée au rivage par un isthme extrêmement étroit. La balade mène en quelques heures tout au bout de la péninsule, vers une magnifique forêt d’Arrayanes, un arbre de la région. Il se distingue par la teinte étonnante de leurs ramures torturées, la couleur châtaigne de l’écorce devient orangée à l’âge adulte. La rando est éprouvante, le chemin est raide et accidenté, nous n’allons pas jusqu’au bout mais nous sommes contents de découvrir quelques points de vue donnant sur le lac et ses eaux turquoise en dégradé.

3 retour Villa la Angostura2

On finit cette journée en farnientant sur la plage face au lac. Il fait très chaud. Théo comme souvent se lie rapidement d’amitié avec la famille qui tient le club de plongée. Il joue avec leurs enfants et leurs chiens.

3 retour Villa la Angostura3

Le lendemain, nous allons nous garer sur la place proche du centre, notre bivouac étant complètement sous les arbres, le panneau solaire ne charge pas nos batteries. Nous remplissons le cc en eau, trouvons un magasin bio où je fais le plein de fruits secs, puis allons à pied nous balader dans la rue principale. Nous craquons sur quelques achats souvenirs. Le temps est gris et pluvieux, mais le village est sympa.

3 retour Villa la Angostura4

Retour au bivouac, on fait un peu d’école. Je troque un bracelet macramé contre un pot de confiture artisanale à notre amie Roxane.

Le soir, les enfants regardent un film dans la capucine pendant que nous allons en face à « La Rustica » boire un verre.

Après cette dernière nuit à Villa la Angostura, nous quittons tôt le village et longeons le beau et grand  lac Nahuel Huapi en direction de Confluencia. Sur le passage, nous apercevons en face, de l’autre côté du lac, la ville de Bariloche que nous visiterons ensuite.

4 route vers la vallée encantada

4 route vers la vallée encantada1

Nous bifurquons donc au bout du lac sur la route 237,  appelée la « Valle Encatado » (vallée enchantée), 60km qui longent le Rio Limay et traversent des paysages de formations rocheuses d’origine volcanique incroyables.

On fait un premier arrêt à l’anfiteatro, l’endroit offre une vue magnifique sur les eaux turquoises du rio. On s’avance jusqu’à un promontoire rocheux qui s’élève au-dessus du rio.

4 route vers la vallée encantada2

On continue jusqu’à Confluencia, admirant la forme des pics montagneux aux noms évocateurs (doigt de Dieu, sentinelle…). Nous mangeons au bord du rio, puis rebroussons chemin pour aller à Bariloche.

4 route vers la vallée encantada3

4 route vers la vallée encantada4

Nous passons d’abord le petit pueblo de Dina Huapi, tout au bout du lac Nahuel Huapi et arrivons rapidement à San Carlos de Bariloche.

Impératrice incontestée de la Patagonie des lacs, San Carlos de Bariloche est une étape obligée pour les amoureux de grands espaces. Si son urbanisme a quelque chose de franchement déraisonnable, la beauté étourdissante des paysages environnants vaut vraiment le coup.

Nous passons d’abord au garage pour changer nos 2 pneus avant. Nous les avions changés au Mexique la dernière fois, ça fait un bail et ils sont morts, le droit a en plus une crevaison lente depuis quelques jours et Pierre le regonflait chaque matin ! Nous libérons ainsi de la place dans la soute avec nos 3 pneus de secours et sommes de ce fait prêt pour attaquer d’ici peu la longue piste (ripio) de la carretera australe au Chili.

On paie 34€ et traversons ensuite la ville en longeant le lac, c’est très beau. Cette ville n’est pas dangereuse du tout, mais elle est réputée pour les vols sur les camping-cars. Comme beaucoup de voyageurs, nous allons donc nous poser au camping Petunia, qui offre tous les services.

5 San Carlos de Bariloche

Après de bons croques-monsieurs préparés par Vatea et une bonne nuit de sommeil, nous profitons comme à chaque fois d’être posé dans un camping pour faire du ménage et des lessives. Nous changeons donc les draps, puis faisons un peu d’école.

J’envois les évaluations au CNED et publie un article sur le blog. Bref, une journée sans grandes folies…

Le lendemain, nous prenons le bus pour aller visiter le centre ville. La place donnant sur le lac est très belle avec ses bâtiments de pierre et de bois, ça fait penser à la Suisse, d’autant plus que des Saint-Bernard attendent les touristes pour la photo souvenir. On peut voir aussi la belle tour de l’horloge qui exibe tous les midis, 12 statues représentant des personnages historiques.

5 San Carlos de Bariloche1

Nous marchons dans la rue principale, l’Avenida Mitre, pour flâner le long des boutiques de souvenirs. Bariloche étant réputée pour son chocolat, nous nous offrons quelques douceurs dans une boutique spécialisée.

5 San Carlos de Bariloche2

De retour au camping, on skype la famille pour donner des nouvelles.

Le matin, nous faisons encore un peu d’internet avant de quitter le camping. Nous montons voir la station de ski la plus célèbre et huppée du pays, Cerro Catedral, située sur les hauteurs de Bariloche.

5 San Carlos de Bariloche3

On mange là-haut, puis redescendons pour faire le Circuito Chico, un itinéraire routier de 65km formant une boucle à l’ouest de Bariloche.

On passe devant la capilla San Eduardo, élégante chapelle, traversons des bois avec de temps en temps de jolies points de vues sur des lacs.

circuito chico

Sur notre itinéraire, on rencontre une famille française en sac à dos, ils ont 3 enfants et parcours comme nous l’Amérique du sud. Il y a aussi avec eux un couple de jeune qui démarre juste leur trip.

circuito chico1

circuito chico2

region-des-lacs-2 9263

On termine en faisant un petit aller-retour faire la Colonia Suiza, un village bâtit par des colons suisses en 1895.

Vers 18h, nous quittons Bariloche et roulons sur la ruta 40 en direction de El Bolson, ville de hippies, un peu isolée et dans un cadre naturel sympa (montagnes, forêts, rivières). El Bolson est aussi réputée pour ses fruits rouges et ses bières artisanales.

6 El Bolson

On se trouve péniblement un bivouac sympa, près d’un petit parc, dans le centre ville.

On y rencontre les Passifou, une famille française en camping-car avec 3 enfants, Nico, Céline, Mia, Eliott et Léna, ils ont exactement le même parcours que nous mais sur 3 ans !

Le lendemain, c’est dimanche, il y a donc un marché d’artisanat juste à côté dans le parc. Après l’école, nous allons y faire un tour. Beaucoup de vendeurs baba cool, c’est fun. J’achète de délicieuses framboises et des fraises. Je tombe ensuite sur un vendeur de pierres très sympathique, il a beaucoup d’expérience et ne cherche pas à t’arnaquer. Je lui prends pas mal de petites pierres pour mes bracelets, il fait des petits cadeaux aux enfants. Vatea lui offre des coquillages et une dent de lama.

6-El-Bolson3.jpg

Le soir, nous restons là et discutons avec les Passifou.

Avant de quitter El Bolson, nous allons dans la matinée mettre du gaz dans nos bouteilles et faire quelques courses. Les Passifou décident de changer leurs plans et de nous suivrent sur la carretera australe.

On part donc ensemble vers Esquel, un village sans grand intérêt mais situé sur notre route et proche du Parc National Los Alerces. Nous avons entendu dire qu’il y avait certaines restrictions concernant ce parc cette année à cause des rats et nous voulons en savoir plus. Nous passons à l’office du tourisme qui nous confirme que le parc est ouverts et accessible mais qu’il est interdit d’y passer la nuit. En effet, il y a cette année une floraison exceptionnelle constituant une abondante nourriture pour les rongeurs. Du coup, leur prolifération est excessive et ils peuvent être porteurs de virus dangereux pour l’homme.

En fin de journée, nous prenons la route du parc et allons nous garer quelques kilomètres avant l’entrée, sur le parking d’un mirador.

7 Esquel, PN Los Alerces

Nous entrons dans le parc le matin vers 10h, l’entrée est gratuite pour les enfants et de 65 pesos par adulte. La route qui traverse le parc est une longue piste bien entretenue, elle longe différents lacs cristallins et nous donne une vue sur le glacier suspendu Torrecillas. L’attrait essentiel du parc est sa forêt d’Alerces, arbres magnifiques de plus de 3000 ans d’âge et 50m de haut.

Nous nous arrêtons à la laguna verde pour y passer la journée avec les Passifou. Il y a un parking près d’une passerelle. C’est là que nous fêtons les 3 ans de Lena. Les enfants lui offre un bracelet et une tresse en macramé, un cd d’histoire et un dessin. Les enfants finiront le goûter d’anniversaire par la traditionnelle Pinata, mais faite maison ;-)

7 Esquel, PN Los Alerces1

A 18h, nous sommes contraint de quitter le parc, on refait la longue piste en sens inverse et retournons bivouaquer au mirador.

7 Esquel, PN Los Alerces2

Le lendemain, nous allons mettre de l’essence à Trevelin et roulons ensuite vers la frontière chilienne. C’est déjà de la piste, le début d’un long parcours sur le mythique ripio de la carretera australe.

 Bien que nous soyons en Patagonie depuis San Martin de los Andes, ça n'est vraiment que depuis Esquel que les paysages deviennent plus arides et déserts, nous entrons maintenant en Patagonie Australe (la suite bientôt)...

 

mapa-parque-Nahuel Huapi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ensemble-autrement-au-bout-du-monde - dans Argentine
commenter cet article

commentaires

nounou 29/04/2014 13:30

A leur retour , les enfants pourront ouvrir un resto , vatéa fera des croques- monsieurs et théo les glaces ;-)
Gros bisous et faites très attention à vous si vous allez au Brésil.